Découverte, Société, Tourisme

Muğla : Renaissance de la « Route sacrée » datant de plus de 3 000 ans

La « Route sacrée », datant de plus de trois millénaires et reliant les villes grecques antiques de Stratonicée et Lagina, sera déterrée grâce à d’importants travaux de fouilles et sera prochainement accessible aux touristes.

La ville antique de Stratonicée, située dans le quartier d’Eskihisar dans la province de Muğla, figure sur la liste temporaire du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2015. C’est un des rares endroits au monde abritant une importante combinaison d’œuvres de l’époque hellénistique, romaine, byzantine, ottomane et républicaine.

Jadis la ville était reliée à Lagina, lieu de culte important à l’époque hellénistique qui abritait un sanctuaire au nom de la déesse Hécate, par une « route sacrée ». Cette route est aujourd’hui déterrée grâce à d’importants travaux de fouilles entrepris par le comité de fouilles de la ville antique de Stratonicée de Carie.

« La Route sacrée était utilisée comme un chemin menant aux cérémonies religieuses dans la ville de Lagina. C’est un lieu très important du point de vue religieux. C’est la voie la plus importante qui relie le centre politique de Stratonicée au centre religieux de Lagina. Pendant l’Antiquité, les prêtres de Lagina participaient aux cérémonies religieuses en empruntant la route sacrée jusqu’à atteindre Stratonicée », a déclaré à l’agence Anadolu Bilal Söğüt, responsable des fouilles et enseignant à l’Université de Pamukkale.

Les fouilles effectuées cette année sous les colonnes autour de la Porte Nord de la ville et autour de la Route sacrée ont également mis à jour de nombreux tombeaux.

Il explique également que les tombeaux représentent l’un des points forts de la ville antique et qu’ils seront exposés dans leur emplacement d’origine afin de préserver les traditions d’inhumation de la Route sacrée.

« Nous avons pour objectifs de ramener à la surface la Route sacrée en préservant les matériaux originaux de l’époque, mais aussi de rendre accessible les lieux aux touristes », ajoute M. Söğüt.

Eda Özdemir

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *