International, Politique

Municipales in Italie: Virginia Raggi nouvelle maire de Rome

Après un résultat historique pendant le premier tour des élections municipales italiennes début juin dernier, Virginia Raggi, avocate de 37 ans et candidate du Mouvement Cinq Etoiles (M5S), a été élue maire de Rome ce dimanche face à Roberto Giachetti (Parti Démocrate). A Turin, Chiara Appendito, 31 ans et candidate du M5S a elle aussi détrôné ce dimanche une figure du Parti Démocrate, Piero Fassino.

maxresdefault-1

Rome et Turin ont fait le choix de la fraîcheur et de la nouveauté face à une classe politique jugée vieillissante, un revers pour l’actuel chef du gouvernement italien Matteo Renzi et son parti, le Parti Démocrate. Ainsi, la candidate populiste du M5S a été élue maire de Rome ce dimanche 19 juin loin devant Roberto Giachetti, le candidat du Parti Démocrate, faisant d’elle la première femme élue à la mairie de Rome. Si le Parti Démocrate attendait cette défaite à Rome, l’arrivée à la mairie de Turin de Chiara Appendito face au maire sortant Roberto Giachetti (Parti Démocrate) est une surprise. C’est un coup de frein pour Matteo Renzi, nommé et 2014 à la tête du gouvernement et qui jusqu’ici était présenté comme un possible modèle pour la gauche démocrate.

Un « moment historique »

Interrogée sur cette victoire, Virginia Raggi parle d’un « moment historique fondamental, qui marque un tournant : pour la première fois, Rome a une femme maire, à une époque où l’égalité des chances est encore une chimère ». La nouvelle maire s’est par ailleurs engagée à « ramener la légalité et la transparence dans les institutions » après 20 ans d’un vaste réseau de corruption dévoilé en 2014. Cependant, quelques inquiétudes règnent autour du mandat de Virginia Raggi: la candidate du M5S est restée discrète tout au long de sa campagne quant à son programme pour redresser Rome, endettée de plus de 12 milliards d’euros, et la future équipe de la nouvelle maire n’a toujours pas été dévoilée. Une seule certitude: Virginia Raggi compte bien présenter la candidature de Rome aux JO de 2024.

L’espoir placé en M5S

Dans l’opposition comme dans l’électorat, de forts espoirs ont été placés en M5S. D’une part, M5S a été l’objet d’alliances et de stratégies entre les différents partis italiens contre Matteo Renzi: une partie de l’oppostion, dont la Ligue du Nord (alliée du Front National français), a publiquement appelé à voter M5S. D’autre part, les électeurs des jeunes candidates de MS5 ont vu en elles un espoir de changement: « Tous les autres ont échoué, on espère qu’eux, ils y arriveront » déclarait pour l’AFP un retraité ayant voté pour Virginia Raggi à Rome. « Ce n’est qu’un début », affirmait dimanche soir Beppe Grillo, le fondateur de M5S.

Le Parti Démocrate a reconnu sa défaite et se prépare maintenant à affronter le référendum d’octobre prochain, la « mère de toutes les batailles » pour Matteo Renzi, au cours duquel les italiens se prononceront sur la réforme de la Constitution. Matteo Renzi a promis de démissionner en cas d’échec. Luigi di Mario, un des leader du Mouvement des Cinq Etoiles, dit le parti « prêt à gouverner le pays ».

C.T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *