Société

Mutlu Kaya, finaliste d’un show télévisé, est sortie du coma

Selon les paroles retranscrites mardi 23 juin par le docteur Ulaş Aktaş, de l’hôpital Gazi Yaşargil Eğitim ve Araştırma de Diyarbakır dans le Sud-Est de la Turquie, Mutlu Kaya, serait sortie du coma. Le mois dernier, la finaliste du télécrochet Sesi Çok Güzel avait été grièvement blessée à la tête à son domicile.

mutlu_kaya

Heureuse nouvelle. Après plusieurs jours passés entre soins intensifs et bloc opératoire, la jeune adolescente vient d’être placée dans une chambre privée, où famille et amis peuvent désormais lui rendre visite. Même si les améliorations sont visibles, puisque Mutlu retrouve peu à peu conscience et commence à parler, il lui faudra néanmoins plusieurs séances de thérapie physique.

La mésaventure de celle dont la voix a enchanté la Turquie est révélatrice d’une vision assez conservatrice, encore hélas assez répandue par endroits, attendant des femmes qu’elles restent en accord avec les traditions.

mutlu_kayaMême après la lecture de plusieurs lettres la menaçant à mort, Multu Kaya avait persisté dans ses choix et ses ambitions. Grâce à sa très belle voix, la jeune adolescente s’était ainsi distinguée par son parcours dans Sesi Çok Güzel, un show musical dans la veine de The Voice ou La Grande-Bretagne a un incroyable talent.

Mais, malgré son talent, sa popularité grandissante et son extrême gentillesse, Mutlu Kaya a été la victime sans concessions de ses ennemis. Considéré comme un acte de vengeance, une violente altercation armée a eu lieu dans son jardin, la blessant gravement à la tête.

Cet acte de violence sans nom, porté à l’égard d’une jeune femme pour ses idéaux, a heurté l’opinion publique. Au point que plusieurs associations ont tiré parti de cet exemple pour attirer l’attention sur les violences quotidiennes et parfois mortelles infligées sur les femmes en Turquie. La volonté première tend à sensibiliser les populations de ce fléau. Comme Halte à la violence contre les femmes, une plateforme non-gouvernementale qui recensé 134 assassinats de femmes depuis 2015, contre 286 l’année précédente.

Jessica Mauzole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *