Dossiers

NDS : De la tradition à l’avenir

[Cet article fait partie du supplément sur le Label France Éducation, paru dans Aujourd’hui la Turquie du mois de janvier]

D’abord élève, devenue professeur, elle est maintenant directrice adjointe turque du lycée Notre Dame de Sion depuis 8 ans. Elle nous parle du Label France Éducation mais aussi de son attachement à NDS.

Suzan Sevgi et de eleves

Suzan Sevgi entourée d’élèves

Que pouvez-vous nous dire du Label France Éducation que vient d’obtenir le lycée NDS ?

Ce qui me vient en premier à l’esprit, c’est d’abord la reconnaissance de nos écoles. Le fait que ce label soit décerné par le ministère des Affaires étrangères français marque pour moi une volonté politique de développement de l’éducation en français, ainsi que le rayonnement de la francophonie dans le monde.
De plus, le fait que la cérémonie de remise du label ait lieu à l’ambassade de France en Turquie sans oublier la présence des responsables diplomatiques africains qui était très significatif. L’ambassadeur de France en Turquie S.E. Laurent Bili n’a pas manqué de le souligner dans son discours de remise du label : « le français est aussi une langue d’avenir. En 2050, le monde francophone comptera plus de 700 millions de locuteurs contre 220 millions aujourd’hui. On estime qu’une personne sur treize parlera français en 2050 dont une grande majorité vivant en Afrique, continent où la Turquie cherche à accroître son influence ».
Et enfin les messages de félicitations que nous recevons montrent l’importance de cette distinction, qui ne peut que renforcer l’excellence de l’enseignement que nous dispensons dans notre établissement et à laquelle sont très attachés nos élèves, nos parents d’élèves et les anciens diplômés. J’aimerais également souligner les lettres de félicitations reçues de plusieurs universités. Enfin, je reste convaincue que le Label France Éducation sera un formidable atout pour nos élèves dans leurs démarches d’accès à l’université.

Parlez-nous de votre parcours…

J’ai été élève au Lycée Notre Dame de Sion ; j’y ai fait mes études de collège et le lycée. Plus tard, j’ai intégré l’Université de Boğaziçi pour des études d’ingénieur chimiste. Au terme des stages effectués dans diverses entreprises, j’ai acquis la certitude de ne pas vouloir travailler dans ce secteur. Ce constat a orienté mon choix de formation, et j’ai décidé de suivre les études de sciences fondamentales à l’université.
Une fois diplômée, je suis revenue au Lycée NDS, un peu par hasard, pour remplacer une enseignante en congé de maternité. Mon attachement à l’établissement NDS, l’énergie et le dynamisme que je mettais dans l’exercice de mon métier ont compensé mon manque d’expérience. Je suis étroitement liée depuis 40 ans à cette école. Cela signifie que j’ai pu suivre d’une part son évolution durant ce laps de temps, et d’autre part que je connais la grande majorité de ses diplômés.
Les diplômés de NDS reconnaissent volontiers qu’ils doivent leur réussite dans la vie à l’éducation qu’ils y ont reçue, et qui était également un apprentissage de discipline, de rigueur au travail et de sens de la responsabilité, que cette école a pu leur inculquer.

Justement, parlez-nous de l’esprit de l’enseignement à NDS. Quelle est sa particularité ?

Cette école a été fondée il y a plus de 150 ans, inutile de vous dire que de tels établissements ne sont pas nombreux. Autrement dit, NDS est l’une des rares écoles prestigieuses qui a su se renouveler afin d’exister jusqu’à nos jours. Pour moi, le fait qu’il y ait des diplômés témoins d’époques différentes est une immense source de richesse.
Bien sûr qu’avec le temps beaucoup de choses devaient évoluer et changer… C’est d’ailleurs ce qui s’est passé, mais seulement les valeurs portées par l’école, elles, n’ont pas changé car ce sont elles qui assurent la continuité de l’école. De la tradition à l’avenir, c’est ainsi que nous définissons NDS.

D’après vous, quelles ont été les évolutions importantes du lycée ?

Je peux vous parler de deux pas en avant gigantesques du lycée NDS. D’abord, l’arrivée des directeurs laïcs. En effet, depuis 1987, le poste de proviseur de l’école est occupé par des hommes laïcs. Si on considère qu’avant cette date, même les moustiques mâles ne pouvaient y entrer, cela vous montre l’importance de l’évolution accomplie à la direction de l’école. Et la seconde évolution a eu lieu à l’époque du premier proviseur, Monsieur Richard Tampigny : il s’agit de la réforme de la mixité à NDS. Encore de nos jours, certaines anciennes diplômées de l’école ont du mal à comprendre la fin de l’école non mixte. Pour nous, enseignantes et anciennes de NDS la non mixité n’est plus désormais qu’un souvenir.

Quel est l’atout majeur que le lycée NDS offre à ses élèves ?

D’abord, parallèlement à un enseignement de qualité, l’école donne l’opportunité d’accès à une offre culturelle diversifiée et de qualité, qui est d’ailleurs gratuite et aussi ouverte au public.
Nous avons la ferme conviction que les jeunes formés avec un souci d’esthétisme et sensibilisés à la culture, sauront mieux saisir et analyser les réalités de notre monde.
L’éducation au lycée constitue avant tout une formation de base. À l’heure où le volume d’information disponible ne cesse d’augmenter, ce qui prime désormais n’est plus seulement de dispenser de l’information, mais plutôt de savoir comment y accéder, et surtout de savoir la lire, la comprendre et l’utiliser.
Par ailleurs, l’éducation ne doit pas seulement se limiter aux moyens et techniques d’apprentissage, elle doit aussi prendre en compte la personnalité de l’élève. Lui reconnaître une place dans la structure sociale, afin que l’élève soit en harmonie avec lui-même et son environnement. Partant de l’idée que chacun a sa propre personnalité, nous nous efforçons d’offrir à chaque élève le meilleur dans l’espoir qu’il obtienne ce qu’il veut et qu’il déploie ses efforts dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *