Economie, Gastronomie, Société, Tourisme

Nouveau marché autour du thé à Rize

Un nouveau marché sur la culture du thé devrait être créé dans la province de Rize, dans le nord-est de la Turquie, afin de dynamiser le tourisme dans la région, a annoncé le gouverneur de la province le 31 juillet.

C’est naturellement dans la région où la production de thé en Turquie est la plus importante que devrait être établi un marché impressionnant de 9 500 m2 dédié au thé. L’objectif est d’attirer davantage de visiteurs curieux de découvrir cette boisson traditionnelle turque dans tous ses états.

Entre salons de thé, restaurants faisant la promotion des saveurs locales, magasins dédiés aux produits régionaux (notamment le miel d’Anzer), mais aussi un musée consacré à la culture et à l’histoire du çay (« thé »), nul doute que ce nouveau projet devrait attirer les gourmands et les amateurs de thé nationaux et étrangers.

Le 31 juillet, une cérémonie a été organisée pour lancer officiellement ce projet – qui devrait demander un an et demi de préparation – en présence du maire de Rize, Rahmi Metin, et du député de Rize du Parti de la Justice et du Développement (AKP), Muhammet Avcı.

Le nombre d’événements autour de la gastronomie ne cesse d’augmenter en Turquie. Étant donné la place du thé dans la vie quotidienne des Turcs et le fait que Rize est la première région productrice de thé en Turquie, il semblait tout naturel aux autorités locales de mettre sur pied ce marché qui pourrait avoir des retombées économiques intéressantes pour la région.

Les Ottomans ont été initiés au thé il y a environ 140 ans. Pendant le règne d’Abdülhamid II (1876-1909), le thé a commencé à être planté dans tout l’empire, mais le climat de certaines régions n’a pas permis la pérennisation de sa culture. Cependant, la région de la mer Noire est plus propice à la culture de cette plante et, en 1947, la toute première usine de thé en Turquie fut établie à Rize.

Véritable vecteur de socialisation, les Turcs sont les plus grands buveurs de thé au monde avec une consommation moyenne de 1.300 tasses de çay par an. En 2017, la Turquie était le cinquième plus grand producteur de thé du monde (6 % de la production mondiale) alors que le thé turc était exporté vers 110 pays. Au premier semestre 2018, la production de thé en Turquie a généré des revenus s’élevant à plus de 4,5 millions de dollars tandis que 93 pays ont profité des vertus du thé turc selon les données de l’Eastern Black Sea Exporters Association (DKIB).

Camille Saulas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *