Automobile

La nouvelle A8, le meilleur ambassadeur d’Audi

Elle a beau être aussi fascinante qu’élégante, singulière autant que mystérieuse… La nouvelle Audi A8 n’a, à vrai dire, rien à prouver auprès de ses plus grandes rivales. Avec sa carrure imposante, emprunt d’une grande sensualité, ce mastodonte allemand se révèle être plus qu’une berline statutaire. Au-delà d’une vitrine technologique pour Audi, la A8 incarne cet émissaire dont le dessein est de séduire tant par sa puissance que par sa modernité.Une berline agréable et admirable

Comme sur le fonctionnement des délégations diplomatiques à travers le monde avec leurs ambassadeurs, les constructeurs ont leurs super modèles, pour ne pas dire leurs super ambassadeurs. Ainsi, Hyundai a sa Genesis, BMW la Série 7, Mercedes sa Classe S… Citroën avait sa — feue — C6, Peugeot sa … non rien ! En France, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy avaient une C6, alors en Allemagne, Angela Merkel se devait d’avoir une Audi A8 en guise de carrosse.

A8L, la lettre « L » correspond au mot « Limousine ». Dans le milieu diplomatique, l’exagération est monnaie courante, on comprend ici la métonymie pour qualifier sa grandeur… L’Audi A8 a des airs de voiture ministérielle, diplomatiques, politique, business ou autre VIP… Bref, la nouvelle Audi A8 joue dans une cour qui la place au rang de l’excellence du confort.

Car, pour ces Messieurs et ces Grands, il faut allier confort et somptuosité. Et sur la route, cela s’observe par l’agrément de la berline qui absorbe notoirement les dos d’âne, lisse les aspérités et stabilise à la manière d’un train progressant sur des rails.

De plus, le bien-être est garanti grâce à ses quatre roues directrices, qui confèrent moins de mouvement de caisse, réduisant ainsi les sensations de haut-le-cœur et les maux de routes.

On regrettera donc le fait que le siège arrière passager ne s’incline pas plus, à la manière d’une Mercedes-Benz Classe S, qui est beaucoup plus enclin à la sieste.

« Oubliez la voiture, vous êtes dans une Audi »

Sur la route, la voiture analyse les panneaux, la proximité des véhicules, sous tous les angles, y compris l’approche des cyclistes et piétons en angles morts ou invisibles. Si vous débordez de la ligne en autoroute, vous aurez cette étrange sensation, connue en auto-école, lorsque le moniteur rattrape le volant pour vous… sauf que là le moniteur c’est la voiture et l’on se demande parfois jusqu’où l’autonomie de cette voiture pourrait aller.

Se garer est un jeu d’enfant avec les capteurs de proximité qui sonnent, ainsi que des caméras de recul pour manœuvrer sans encombre. Relevons, par ailleurs, ses 24 capteurs ultrasoniques, permettant ainsi l’évitement de piétons avec des caméras disséminées tout autour du véhicule. Grâce à ses capteurs lasers interconnectés qui positionnent la voiture dans un environnement, lors des manœuvres de marche arrière, vous apercevrez dans l’écran de recul le véhicule en image par rapport à là où il se trouve.

Une voiture dont la cible est essentiellement son passager arrière

Cependant, le cœur de cible de cette voiture s’adresse principalement à son passager arrière et accessoirement à son chauffeur. L’Audi A8 est dotée de pléthore d’options, accessibles à travers trois écrans HD, avec des menus et sous-menus à vous faire perdre la tête.

Cet amas de technologie, des plus utiles, peut s’avérer des plus frustrants pour effectuer des opérations simples telles que saisir une adresse dans le GPS. Et croyez-moi, M. l’Ambassadeur n’appréciera guère voire la reconnaissance vocale faire des siennes lorsque son chauffeur prononce trois fois de suite « Saint-Tropez » et que l’ordinateur de bord ne comprend toujours rien à la destination dictée.

À l’arrière de l’Audi A8, les passagers auront chacun leurs tablettes. Ces derniers pourront entre autres, consulter la navigation, regarder la télévision par satellite ou diffuser leur contenu multimédia sur l’écran. Ces tablettes spécialement conçues pour Audi fonctionnent sous Android et offrent la possibilité d’avoir accès à internet WiFi à bord.

Un confort et des innovations historiques

Le confort est le maître mot dans cette nouvelle Audi A8, notamment par ses oreillers d’appui-tête extrêmement moelleux. De plus, si l’arrière est un espace de détente c’est sans doute également grâce à ses sièges en cuir, ventilés, chauffants et doux, conférant une seconde peau, tout comme ses accoudoirs et le plancher de sol, qui sont eux aussi ventilés, chauffants et massants !

Des innovations et des évolutions notoires sur cette cinquième génération d’A8.

Avec, entre autres, son nouveau design qui s’observe sur sa calandre présentant sa bouche fortement agrandie. Par ailleurs, ses phares arrière, reliés avec un bandeau de LED, donnent une véritable signature à la berline. Les projecteurs HD Matrix LED sont dotés de diodes supplémentaires pour offrir ainsi un champ d’éclairage plus précis.

La nouvelle berline révèle ainsi des allures plus bourgeoises et statutaires, mais également classiques tout en étant très moderne.

À l’intérieur, nous retrouvons également un éclairage d’ambiance de 30 couleurs, selon les profils. Avec sa nouvelle interface full HD, les informations de circulation sont paramétrables sur le tableau de bord, y compris avec un plan ultra précis, et l’affichage tête haute, plus large que les versions précédentes, est d’un agrément redoutable.

Des technologies à la limite du pédantisme

Sa puissance est telle que son Moteur V6 tfsi, couplé à une boîte de vitesses automatique à huit rapports, développe 340 ch. De plus, sa boîte de vitesses tiptronic 8 rapports, et palettes au volant, avec mode roue libre, peut selon le constructeur, couper le moteur entre 55 et 160 km/h, estimant que cela réduit les consommations.

Sa modernité est soulignée grâce à pléthore d’options rutilantes comme le « trafic Jam Pilot », un pilote automatique capable de prendre le volant jusqu’à 60 km/h. Ce qui expliquerait le fait que la voiture propose un écran de télévision à l’avant – qui heureusement se désactive lorsque la voiture avance.

Si « on ne parle pas d’argent sur une A8 » c’est probablement parce qu’elle est aussi exceptionnelle et indispensable que toutes les options dont elle regorge. Ainsi, de nombreuses technologies arriveront en milieu d’année 2018, plus ou moins utiles – ou ridicules – comme se garer avec un smartphone grâce au « Parking pilot ».

Encore une option dont M. l’ambassadeur et son chauffeur n’auront que faire… car ces Messieurs n’iront pas s’amuser à forcer 5,30 mètres au risque de refaire la carrosserie et préféreront s’installer où bon leur semble. Ou encore l’arrivée d’une version W12 pour les besoins de certains marchés qui demandent « une mécanique noble ».

Le « Pré sense 360 » qui permettra de relever le côté du véhicule pour réduire le choc lors d’une collision. Ou encore la « Connect Key » qui permet d’utiliser son téléphone portable comme clé, c’est un concept. Mais, il aurait été sans doute plus judicieux de penser à concevoir un espace dédié pour ranger la clé. Une clé qui traîne dans l’habitacle ou qui se range dans un vide poché… un détail qui risque de ne pas passer à ce niveau de gamme.

Son système de conduite autonome de niveau 3 sur 5 semble être la plus grande fierté de la marque aux anneaux. Une technologie vaine qui promet dans un avenir plus ou moins proche d’être dispensé de savoir conduire ou a fortiori, de conduire…

Voilà qui risque d’attirer les foudres des auto-écoles, des chauffeurs de grandes remises et, disons-le clairement, des amoureux de la conduite automobile.

Daniel Latif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *