Culture, Découverte, Tourisme

Nouvelle découverte à Myra

Un ancien espace dédié aux rassemblements datant d’il y a 2 400 ans a été découvert au sein de la cité antique de Myra située dans la province méridionale d’Antalya, dans le district de Demre. Lors des fouilles archéologiques sur le site de Myra, en cours depuis 2009 et dirigées par le directeur du département d’archéologie de l’Université d’Akdeniz, le professeur Nevzat Çevik, la première structure de réunion de la région a été découverte.

Située à deux kilomètres de la ville de Demre, Myra fut l’une des plus importantes cités de la région durant l’âge classique (V et IVe siècle av. J.-C). Le site comprend des vestiges uniques au monde notamment des thermes et un splendide théâtre romains ainsi que pas moins de 110 tombes rupestres. Les tombes lyciennes constituent une nécropole creusée à même la falaise (Ve siècle av. J.-C.), certainement la plus belle de toute la région. À ces merveilles s’ajoute donc aujourd’hui cet espace de réunion datant de l’antiquité classique, soit de la civilisation gréco-romaine.

Nevzat Çevik a expliqué au quotidien Hürriyet qu’il avait déjà repéré au début des fouilles une partie de la structure située au sommet des falaises de Myra, à 300 mètres de hauteur. Celui-ci se doutait qu’il existait donc un espace de réunion encore enfoui. Mais ce n’est que récemment que « les plantes et les débris ont été retirés » et que « son plan, son époque et sa fonction » ont été étudiés.

Ce dernier souligne par ailleurs que, depuis 2009, cela constitue la découverte la plus excitante pour l’équipe d’archéologues qui a été surprise de découvrir une structure de cette période ayant cette fonction dans la mesure où l’on pensait qu’il n’en existait pas à cette époque dans la région.

Nevzat Çevik souligne qu’« Après des recherches et des extractions dans la structure, deux phases principales et intermédiaires ont été trouvées. La première remonte au IVe siècle de l’époque classique et la seconde date du Moyen Âge. Dans la première, nous avons vu que les parties inférieures de la structure ont été construites après que les roches principales aient été sculptées et (…) que les murs aient été partiellement soulevés avec des blocs. Nous avons identifié que les niches dans la roche de la partie orientale et la plate-forme en face d’elles ont servi d’autel pour la région. À la lumière de ces découvertes et compte tenu de l’emplacement et des mesures effectuées, nous avons réalisé que la structure était utilisée à des fins religieuses ou lors de cérémonies funéraires à l’âge classique ».

Le professeur conclut en ajoutant : « Le fait que la vie sociale et religieuse à Myra a affecté l’architecture de l’époque a donné un éclairage nouveau sur une obscurité scientifique importante ».

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *