Economie, International

Octobre faste pour la Chambre de Commerce franco-turque

Du côté de la Chambre de Commerce franco-turque, on se félicite d’un mois d’octobre particulièrement dynamique sur le plan évènementiel. Un indice supplémentaire de la bonne santé des relations économiques qu’entretiennent France et Turquie.

Selçuk Önder, président du bureau national de la Chambre de Commerce franco-turque.

Selçuk Önder, président du bureau national de la Chambre de Commerce franco-turque.

La Chambre de Commerce Franco-Turque a d’abord organisé, dans son bureau parisien du 10 boulevard Georges V, des rencontres avec deux Chambres de Commerce turques. Dans le cadre de leur participation à l’édition 2014 du SIAL, le Salon international de l’alimentation, qui s’est tenu du 19 au 23 octobre, des représentants des Chambre de Commerce de Bursa et de Gaziantep ont pu s’entretenir avec leurs homologues de la CCFT, Selçuk Önder, Stéphane Salvetat et Kadir Tepe, mais également avec Mme Gülendam Müge Varol Ilıcak, conseillère commerciale en chef auprès de l’ambassade de Turquie, Mme Satoka Tonegawa du bureau japonais de l’agence Invest in France, sans oublier Deniz Kabaağaç, Gürkan Beriş et Michel Deudon, membres respectifs des cabinets BKP Research & Consulting, Phenix, et Laviale.

ccfcphoto3Peu après, c’est à l’occasion du 4ème Forum des Professionnels portuaires méditerranéens, organisé par l’Union maritime pour la Méditerranée et qui s’est déroulé à Marseille les 23 et 24 octobre, que la CCFC a pu faire valoir sa capacité mobilisatrice. Mme le Consul de Turquie à Marseille Deniz Erdoğan Barım, M. le Vice-Consul de Turquie à Marseille Taner Buzol, Geza Dologh, de la Chambre de Commerce Maritime Turque, Faruk Okuyucu, le président du port de Bodrum ou encore Gilbert Brown, directeur général d’Arkas France et Tan Aktuna, responsable de l’agence Worms SM, ont ainsi pu échanger autour du thème « Les partenariats en Méditerranée : un avenir partagé ». Une ville de Marseille que la Chambre de Commerce franco-turque connaît bien puisque, fondée en 1972 avec le soutien de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, c’est sur la cité phocéenne que son choix s’était porté pour y établir son siège. Elle a depuis ouvert des bureaux à Paris et Bordeaux et possède un représentant permanent à Toulouse.

 

Alexandre De Grauwe-Joignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *