Art, Culture, Découverte

Les oeuvres de Fahrelnissa Zeid exposées à Istanbul Modern

Istanbul Modern présente une sélection de sa collection d’œuvres de Fahrelnissa Zeid, pionnière de l’art moderne en Turquie et l’une des premières exposantes d’art abstrait. L’exposition se déroulera jusqu’au 30 juillet.Onze ans après « Deux générations d’arc-en-ciel », la rétrospective de F. Zeid avec son fils Nejad Melih Devrim, Istanbul Modern revisite sa collection d’oeuvres de l’artiste avec une sélection spéciale de ses peintures dans sa zone d’exposition Pop-Up.

L’exposition présente 23 oeuvres de l’artiste en passant de compositions géométriques abstraites dans lesquelles l’artiste a excellé à des peintures expressionnistes qui fusionnent sa palette de couleurs unique avec des références à l’art byzantin, islamique et occidental.

La sélection se concentre sur les années les plus prolifiques de Zeid, soit entre les années 1940, qui marquent son arrivée sur la scène artistique en Turquie, et les années 1970, période où elle déménagea à Amman, en Jordanie.

L’intérêt international du monde de l’art pour Zeid a engendré une avalanche d’expositions de ses œuvres en 2017. Cette année, huit œuvres incontournables de la collection du musée d’art moderne d’Istanbul seront exposées à Londres, à Berlin et à Beyrouth.

Oya Eczacıbaşı, président du conseil d’administration d’Istanbul Modern, a souligné la signification particulière de la présence de Zeid à Istanbul Modern, ainsi que son importance dans l’art moderne en Turquie.

Fahrelnissa Zeid

Après avoir été l’une des premières femmes diplômées de la Sanayi-i Nefise (Académie des Beaux-Arts), Zeid a poursuivi ses études de peinture dans le studio de Stalbach à l’Académie Ranson de Paris, mais aussi dans le studio de Namık İsmail à Istanbul. En 1934, elle épouse Prince Zeid, ambassadeur irakien à Ankara, et devient princesse.

Après sa première exposition personnelle dans sa maison à Maçka en 1944, Zeid a exposé ses œuvres à Paris, à Londres, à New York, à Bruxelles et dans d’autres villes où le couple a vécu après la Seconde Guerre mondiale. En 1976, Zeid s’installe définitivement à Amman où elle a créé un institut d’arts portant son nom qu’elle a soutenu tout au long de sa vie. Elle est décédée en 1991 à Amman.

Youssra Gouram

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *