International, Politique

OTAN, une alliance militaire septuagénaire à bout de souffle

Créée le 4 avril 1949, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est une alliance politico-militaire et le symbole du monde bipolaire de la guerre froide.

Le 70ème anniversaire de l’OTAN a été célébré par les 29 ministres des Affaires étrangères de l’Alliance, réunis à Washington le 4 avril dernier en l’absence des chefs d’États et de gouvernements. Il a été présidé par son secrétaire général, Jens Stoltenberg.

Pour Heinrich Brauss, ancien secrétaire général adjoint de l’Alliance atlantique et aujourd’hui membre du Conseil des relations internationales, un groupe de réflexion allemand, « ce 70ème anniversaire devrait donner lieu à des réjouissances et fournir l’occasion de rappeler les grands succès historiques de l’OTAN, mais ce ne sera pas le cas. Tout le monde reconnaît que l’OTAN est mal en point, tout le monde s’inquiète de l’avenir et de l’évolution du partenariat transatlantique, et ce à juste titre ».

Soixante-dix ans après sa création, l’OTAN a changé. D’abord, le nombre de pays membres est passé de 12 à 29. Ses missions et sa zone géographique d’action ont évolué. L’unique constante reste sans aucun doute la domination américaine en son sein. « L’OTAN sous commandement des Américains poursuit ainsi son chemin depuis soixante-dix ans de guerre en guerre. De la guerre froide, quand les États-Unis maintenaient les alliés sous leur domination, en utilisant l’Europe comme première ligne dans la confrontation nucléaire avec l’Union soviétique, à la confrontation actuelle avec la Russie provoquée par les États-Unis fondamentalement dans les mêmes buts », souligne le géographe et géopolitologue Manlio Dinucci.

À l’occasion du 70ème anniversaire de l’OTAN, bien que Jens Stoltenberg ait refusé toute idée d’une « nouvelle course aux armements » avec la Russie, il a néanmoins fait appel à l’unité face à la « menace » russe.

Pour l’ex-Premier ministre slovaque Jan Carnogursky : « Après la dissolution de l’Organisation du Traité de Varsovie, l’OTAN est devenue bel et bien inutile. À présent, l’Alliance ne remplit aucune fonction défensive ni à l’égard de la Slovaquie ni à l’égard de l’Europe. La principale menace à la sécurité de l’Europe, ce sont les terroristes et la vague de migrations que les terroristes peuvent utiliser afin de pénétrer sur le continent. Pourtant, l’OTAN n’entend pas aider l’Europe sur cette question ». Jan Carnogursky ne cache pas son inquiétude sur le fait que l’Alliance entraîne la Slovaquie dans une confrontation avec Moscou. Il s’insurge contre les ambitions américaines d’installer leurs bases militaires sur le sol slovaque.

Des perspectives assombries pour l’OTAN

Aux relations toujours tendues avec la Russie, mécontente de l’expansion orientale de l’Alliance, s’ajoutent désormais les tensions entre Washington et ses alliés européens. En effet, depuis son élection, le président américain Donald Trump ne cesse de malmener ses alliés sur des questions relatives aux dépenses militaires et aux projets de défense à l’échelle de l’UE. D’une part, il les bouscule pour un partage du fardeau des dépenses militaires plus juste. D’autre part, le président américain a dénoncé le traité de limitation des armes atomiques avec la Russie ainsi que l’accord sur le nucléaire avec l’Iran ; des mesures qui, aux yeux de nombreux Européens, pourraient avoir des répercussions en matière de sécurité.

Le mécontentement de Donald Trump vis-à-vis de l’OTAN vient du fait que trop peu de membres de l’Alliance consacrent les 2 % de leur budget prévu pour la défense (en 2018, sept des 29 pays de l’OTAN ont atteint ou dépassé la barre des 2 %). Par ailleurs, les États-Unis, qui ont promis 100 milliards d’euros de dépenses supplémentaires, refusent que les commandes d’armement de ses alliés ne profitent pas à son industrie. Pour Pascal Boniface, le directeur de l’IRIS, « Trump est obsédé par le complexe militaro-industriel, car celui-ci est un réel levier d’emplois. C’est sa ligne rouge. Qu’importent les célébrations des 70 ans de l’Alliance, pourvu qu’il y ait des commandes… »

Mais, au-delà des problèmes budgétaires, c’est l’assistance mutuelle prévue par l’article 5 du Traité qui est désormais remise en question ; un autre nuage qui assombrit le ciel de l’OTAN. « La conditionnalité de l’article 5 va s’imposer de plus en plus pour les États-Unis, 70 ans après, l’assurance vie est remise en question », précise la présidente de l’Institut français des hautes études de défense nationale, Nicole Gnesotto.

Les craintes des Européens concernant les liens avec les États-Unis n’ont cessé de croître depuis l’accession de Trump à la présidence. Dans une tribune au JDD, Jens Stoltenberg y revient : « Nous avons certes de réels désaccords, sur le changement climatique, le commerce et l’accord sur le nucléaire iranien ». Et le 70ème anniversaire de l’OTAN montre clairement les tensions qui traversent les relations transatlantiques. Pour beaucoup, les déclarations et la position du président américain traduisent un dépérissement de l’engagement de Washington vis-à-vis de l’Alliance. La question reste de savoir si la tendance pourrait s’inverser après le départ de Trump.

Conçue il y a soixante-dix pour endiguer la menace soviétique, l’OTAN semble aujourd’hui à bout de souffle. En effet, l’Alliance tente de créer l’unité face à une hypothétique menace russe, mais elle peine à convaincre ses alliés quant à l’accroissement de leurs dépenses militaires. Les alliés européens doutent aujourd’hui de la volonté d’engagement de l’Alliance qui reste sous la domination américaine ainsi que de l’adaptabilité de ses structures militaires face aux nouvelles menaces comme le terrorisme et les flux migratoires. Les désaccords grandissants entre les Américains et les Européens assombrissent encore davantage l’avenir de l’OTAN.

Mireille Sadège, Rédactrice en chef

 

 

1 Comment

  1. OTAN est a trouvéé et de la energetiqué-concordance..
    a la carté de lasublimé a fait le ecenomiqué dé avais perspectif…
    l’Europééns serons la fidelitéé les français les citoyens les bonjour ma dit de teuille serais!!

    merci..
    montagné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *