Art, Cinéma, Culture, International

Paillettes, sécurité et polémiques : Le Festival de Cannes 2017 est ouvert !

Paillettes et tapis rouges s’invitent sur la croisette du 17 au 28 mai pour la 70e édition du Festival de Cannes. Organisé pour la première fois en 1946, le Festival de Cannes nous emporte encore cette année dans un autre monde. Néanmoins, l’on constate rapidement que derrière la façade, se cache une tout autre réalité.Mercredi 17 mai, le célèbre Festival de Cannes a débuté bien après ses concurrents que sont les festivals de Berlin et de Toronto. C’est celle qui incarne le glamour à la perfection, Monica Belluci, qui cette année a été la maîtresse de cérémonie d’ouverture qui a débuté à 19h00 avec la première montée des marches, tandis que c’est le Français Arnaud Desplechin qui a l’honneur de lancer cette nouvelle édition avec son film Les fantômes d’Ismaël – sorti en salle mercredi et présenté à la mi-journée aux médias – qui réuni Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg et Mathieu Amalric.

Les cinéphiles, chasseurs d’autographes et curieux qui se rendront à Cannes auront peut-être la chance de croiser cette année, entre deux flashs des 4.500 journalistes présents, Nicole Kidman, Isabelle Huppert, ou encore Pedro Almodovar et Will Smith.

Dix-neuf films sont cette année en compétition pour la Palme d’or qui sera remise le 28 mai. Pour fêter les 70 ans du Festival, la récompense tant convoitée est parsemée de diamants. Mais pour gagner la Palme d’or, il faudra convaincre le jury présidé cette année par le maître du cinéma espagnol, Pedro Almodovar, qui sera aux côtés du réalisateur italien Paolo Sorrentino, ainsi que des acteurs américains Will Smith et Jessica Chastain et l’actrice chinoise Fan BingBing.

Nuages sur Cannes

Le soleil brille sur Cannes, mais ne nous y trompons pas. Le 70e anniversaire du Festival se fait sous fond de polémique et sous haute surveillance

Le monde du cinéma a de la concurrence, et Netfix compte bien ne pas se laisser distancier. En effet, deux films de la sélection – The Meyerovitz Stories de Noah Baumbach et Okja de Bong Joon-Ho – seront bientôt diffusés sur Netfix qui refuse de les distribuer dans les cinémas français. Ceci contrevient à la loi française qui impose un délai de trois ans après la sortie en salles avant qu’un film soit diffusé sur une telle plateforme. Cette situation a obligé les organisateurs de revoir le règlement du festival pour l’année prochaine en imposant que tout film en compétition s’engage à être distribué dans les cinémas de l’Hexagone, entrainant la colère de Netfix qui a exhorté les organisateurs du Festival à se concentrer sur leur mission : « célébrer les arts ».

À cette polémique s’ajoute la critique qui souligne que le peu de films venus d’outre-Atlantique seront portés par cette plateforme – ainsi que par Amazon.

Malheureusement, le Festival de Cannes c’est aussi une vitrine de ce qui se passe en France. La menace terroriste est forte et réelle d’autant plus que le 14 juillet dernier, Nice a été touché au cœur. Contexte oblige, la sécurité est au cœur de cette 70e édition.

Pour s’assurer du bon déroulement du Festival, protéger autant les professionnels que les cinéphiles, les autorités ont déployés des tireurs d’élite qui s’ajoutent aux gendarmes, aux militaires, mais aussi aux forces aéronavales avec un navire de guerre de 80 mètres dans la baie de la Ville. Si les fouilles ont été multipliées ainsi que des dispositifs anti-drones, pour éviter le risque d’une attaque au véhicule bélier, des jardinières en béton ont été installées. « Notre objectif, c’est d’être (…) le moins gênants possible. Pour que la fête reste la fête et la fête sera la fête », a affirmé mardi le chef de la police locale.

Surreprésentation française et européenne

Alors que le Festival de Cannes se veut représentatif de l’industrie cinématographique dans le monde, force est de constater que cette année ne se fera pas sous le signe de la diversité géographique.

Ceux qui pensaient découvrir des auteurs venus d’ailleurs risquent quelque peu d’être déçus, tandis que les amateurs de films français seront aux anges. En effet, le septième art français est omniprésent avec quatre films concourant pour la Palme d’or – 120 battements par minute, de Robin Campillo, Rodin, de Jacques Doillon, Le Redoutable, de Michel Hazanavicius et L’Amant double, de François Ozon -, mais aussi avec plusieurs longs métrages présentés dans la section « Un certain regard »  avec Mathieu Amalric (Barbara), Laurent Cantet (L’Atelier) et de Léonor Serraille (Jeune Femme), ce à quoi il faut ajouter les films présentés hors compétition ou en séance spéciale  – Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin, D’après une histoire vrai de Roman Polanski, Nos années folles d’André Téchiné, Visages Villages d’Agnès Varda et JR, Napalm de Claude Lanzmann, Le Vénérable W. de Barbet Schroeder, et enfin Carré 35 d’Eric Caravaca.

En outre, 11 des 19 films en compétition ont été réalisés par des Européens. Le film le plus attendu de ce festival est d’ailleurs celui du réalisateur autrichien Michael Haneke, qui a remporté deux fois la Palme d’Or avec The White Ribbon et Love. Il présente cette année à Cannes son nouveau film : Happy End. 

Les studios américains semblent effacés cette année puisqu’on ne pourra compter que sur quatre films américains en compétition tandis que les films du reste du continent seront présents hors compétition. Néanmoins, la Russie sera davantage présente lors de la compétition qu’à l’accoutumée – au grand dam de Moscou – avec les films d’Andrei Zviaguintsev (Sans amour) et de Serguei Loznitsa (Une femme douce).

Le Festival fait peau neuve

Cette année, le Festival de Cannes se met au goût du jour en présentant pour la première fois des séries télévisées. Pour les sérievores, voilà de quoi vous mettre en appétit : découverte des deux premiers épisodes de la troisième saison de Twin Peaks de David Lynch et de la saison 2 de Top of the Lake, de Jane Campion.

Mais le Festival de Cannes rimera aussi avec réalité virtuelle grâce à la présence d’une installation Carne y sangre, du Mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu – Oscar 2016 pour The Revenant -, qui permettra aux spectateurs de vivre le quotidien des migrants en se retrouvant parmi eux lors de leurs traversées du désert nord-américain de Sonora.

D’autres évènements exceptionnels sont prévus cette année, notamment une « leçon de cinéma » du réalisateur Clint Eastwood le 21 mai.

Clap final le 28 mai

Pas de pronostics quant au récipiendaire de la Palme d’or. Nous attendrons le 28 mai ainsi que la projection du dernier film sélectionné, et présenté hors compétition le 27 mai : D’après une histoire vraie, de Roman Polanski, pour nous prononcer.

Camille Saulas

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *