Cinéma

Palmarès Cinéma : les 4 films qu’il faut retenir de 2015

Palmarès Cinéma 2015

En cette fin d’année, il est coutume de se remémorer les bons moments et particulièrement ce que le cinéma nous a offert, à savoir de l’émotion, de la passion, de la force, du suspens, de l’amour et de la vitalité. L’année a été riche en sorties cinématographiques comprenant son lot habituel de nombreux navets et des déceptions qu’on aura vite oublié. Parmi ce foisonnement de productions audiovisuelles, il demeure toutefois quelques œuvres qui méritent de ne pas tomber dans l’oubli. A cette occasion, revenons sur les quatre films qui ont marqué 2015.

Un plus une. Parmi cette sélection, nous retrouvons un long métrage sorti il y a quelque jours, celui de Claude Lelouch : Un plus une, lequel met en scène Antoine, interprété par Jean Dujardin, dans le rôle d’un compositeur de musique pour films et qui à l’occasion d’un film doit se rendre en Inde où il fait la charmante rencontre de Anna jouée par Elsa Zylberstein qui n’est autre que la femme de l’ambassadeur de France. Si tout les oppose, ces derniers vont vivre une incroyable histoire. Cinquante ans après Un homme et une femme, le célèbre cinéaste nous fait revivre une histoire d’amour passionnelle et vivante comme on les aime, filmant ainsi l’invisible entre deux êtres fou l’un de l’autre. C’est avec l’Inde en toile de fond, que le couple Dujardin et Zylberstein paraissent plus craquant et plus convainquant que jamais. Ce duo nous convoque alors dans un univers rempli d’émotion de sincérité et surtout d’humanité. Lire l’article complet sur Un plus une.

 

La loi du marché. Dans un registre plus sérieux et plus grave, un film Stéphane Brizé avec en personnage principal Vincent Lindon dans La loi du marché. Gagnant du prix d’interprétation masculine lors de la 68ème édition du festival de Cannes, ce dernier joue le rôle d’un chômeur qui se bat pour retrouver un emploi. Après de longs entretiens sans succès, il se résout à accepter un poste de vigile dans un supermarché pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille et surtout aux frais de scolarité de son fils handicapé. Cependant, c’est avec ce travail que ce dernier va se retrouver confronter à de nombreux dilemmes. L’on a à faire un film poignant, qui révèle la violence du monde du travail et du désespoir de ceux, qui quand bien même motivés, recherchent du travail, en vain ou soit en acceptant de faire de nombreux sacrifices. Ce long métrage aux tonalités tragiques voire pathétiques dévoile la dure réalité de la vie, du combat d’un homme pour sa famille. Néanmoins, si ce film montre un thème touchant et déchirant, il dégage tout de même une certaine tendresse et une certaine douceur. Lire l’article complet sur la 68ème édition du Festival de Cannes.

Citizenfour. Si certains films mêlent de la fiction à travers des thèmes réalistes, d’autres en revanche, mêlent la réalité à un support propre à la fiction. En effet, c’est tout l’enjeu que dévoile le documentaire de Laura Poitras, Citizenfour, sorti cette année en DVD et révélant l’histoire rocambolesque de l’ex agent de la CIA, Edward Snowden. Et pour cause, nous y suivons l’itinéraire, le chemin que ce dernier a entreprit pour révéler aux yeux du monde entier le scandale d’espionnage mondial de la NSA. Nous observons alors en direct, heures par heures, minutes par minutes comment ces révélations se sont mises en place, comment elles ont été comprises et digéré, surtout quelles ont été les réactions sur le moment de Snowden et comment a débuté sa traque ainsi que son ex filtration de Hong Kong avant d’atterrir à Moscou en attendant l’asile politique.

Ce documentaire riche en suspens permet à chacun d’entre nous de mieux comprendre cette histoire étonnante digne des plus grands films d’actions et d’espionnages permettant ainsi de s’interroger sur le rôle des gouvernements et des actions secrètes méconnues des citoyens, qu’ils entreprennent au nom de la sécurité des pays. Lire la critique complète de Citizenfour.

Les Châteaux de sable. Finissons par une touche plus sentimentale, avec le long métrage de Olivier Jahan, intitulé Les châteaux de sable où l’on suit Éléonore, jouée par Emma de Caunes qui souhaite vendre la maison en Bretagne de son père décédé. Pour l’occasion, elle demande à son ex petit ami Samuel, interprété par Yannick Renier, de l’accompagner pour un week-end qui sera riche en rebondissements.

A travers ce film, nous entrons dans les pensées, dans l’âme même des personnages pour ainsi prendre conscience de leurs sentiments les plus intimes. En plus d’être saisissant, ce long métrage semble être poétique et authentique, révélant ainsi une certaine sensualité et une véritable leçon de vie. Lire la critique complète des Châteaux de sable.

Dix pour cent. Même si ce n’est pas un film, notons également la qualité et le caractère jubilatoire que confère la série télévisé Dix pour cent dirigé par Cédric Klapisch, et imaginé par l’ex-agent Dominique Besnehard, qui met en scène le métier d’agent de star où des stars sont invités à jouer leurs propres rôle. C’est la série de l’année et si vous ne l’avez pas déjà vue, la première saison ne se compose que de six épisodes, en attendant la suite avec impatience ! Lire l’article complet sur la série Dix pour cent.

Le florilège de l’année 2015, offre de grands crus, plus ou moins intéressants, d’autres captivants. Si tous dévoilent de nombreux points communs tant dans l’émotion que dans la qualité et la recherche de réalisme au plus près des situations, au plus près des sentiments humains, chacun révèlent du beau cinéma !

Charlotte Lelouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *