Culture, International

« Petit Génie » : découverte d’une école pas comme les autres

SAM_0331

Jean-Nicolas Lefilleuil

Fondée en mars 2009, l’École Maternelle « Petit Génie » offre à ses jeunes élèves une éducation préscolaire en langue française inspirée du système éducatif français. Rencontre avec Jean-Nicolas Lefilleuil, directeur de l’établissement et grand patron de ces petits écoliers.

Pourriez-vous nous expliquer votre parcours avant d’arriver à l’école maternelle « Petit Génie » ?

Au départ, j’étais enseignant à Saint Malo en France. Un jour, j’ai décidé d’aller voir au-delà des mers ce qu’il se passait. J’ai fait un grand bond car j’ai été nommé dans le Pacifique Sud sur une petite île qui s’appelle Espirito Santo en tant qu’enseignant d’espagnol et de français pour des jeunes enfants malaisiens et français. J’y ai passé cinq années. Ensuite, j’ai été nommé à Coimbra au Portugal en tant que directeur de l’Alliance Française, dans laquelle j’ai travaillé pendant six ans. L’objectif de celle-ci était la diffusion de la langue et de la culture française. À la suite de Coimbra, j’ai continué en Alliance Française. En 1990, je suis parti en Bulgarie, qui venait d’accéder à la démocratie. On commençait à oublier l’Empire soviétique. J’y ai eu pour mission de recréer un réseau d’Alliances Françaises. Avant le communisme, il existait environ 40 alliances, toutes fermées par la suite. Pendant mon séjour en Bulgarie, j’ai eu l’occasion d’en récréer huit qui continuent à vivre à l’heure actuelle. À la fin de ma mission, en 1998, j’ai été nommé à Istanbul. Je connaissais déjà la Turquie de par sa proximité avec la Bulgarie. J’ai eu la chance d’être nommé professeur de FLE (Français Langue Etrangère) à l’université de Galatasaray. J’y ai travaillé de 1998 à 2009.

Comment vous êtes-vous retrouvé directeur de l’école maternelle « Petit Génie » ?

À la fin de cette période heureuse à Galatasaray, je me suis retrouvé à la retraite avec l’envie de continuer une activité. J’ai eu l’occasion de rencontrer les fondatrices de l’école « Petit Génie » qui étaient à la recherche de quelqu’un pour prendre en charge la direction de l’école. Je n’ai pas hésité très longtemps, car c’était une expérience nouvelle et intéressante.

Quel est l’objectif de cette école ?

SAM_0339Elle a pour vocation d’enseigner à de jeunes enfants, à partir de l’âge de 2 ans jusqu’à l’âge de 6 ans, des matières que l’on enseigne à l’école maternelle, mais en français (pré-écriture, pré-lecture, pré-mathématiques, etc.). Tout ce qui touche aux apprentissages fondamentaux que les enfants doivent acquérir.
Cette école a du succès, nous avons de plus en plus d’inscriptions. En 2013-2014, nous avons environ 80 enfants inscrits. Nous n’avons plus de place, si nous voulons agrandir l’école, il va falloir trouver d’autres locaux.

SAM_0339« Petit Génie » : pourquoi ce nom ?

Avant tout, il faut dire que c’est « Petit Génie » au singulier et non pas au pluriel. Cela fait référence à un génie qui est chargé de créer un esprit au sein de l’école afin que tout se passe bien pour les enfants qui y viennent. On ne les considère donc pas comme de petits génies mais ils peuvent le devenir (rires).

Quelle est la particularité de l’enseignement dans cette école ?

Pour commencer, c’est un enseignement qui se fait en français. Les enfants turcs sont imprégnés de la langue française parce qu’ils se retrouvent dans des classes où ils entendent essentiellement le français. C’est là la principale originalité de l’école.
Il y a aussi le fait que l’école accueille des enfants de nationalités différentes (turcs, suisses, canadiens, des enfants venus d’Afrique, etc.), ce qui crée évidemment une ouverture importante à l’autre. De plus, une initiation au turc pour les élèves étrangers est prévue, afin qu’ils puissent eux aussi comprendre ce qui se dit dans la cour de récréation, le turc étant majoritairement parlé à ce moment-là. C’est un bain linguistique à plusieurs niveaux.
Enfin, il y a un autre aspect intéressant de l’école : nous avons toujours des parents qui souhaitent que leurs enfants intègrent l’école Pierre Loti. « Petit Génie » donne une bonne préparation pour cela car l’école aborde les programmes français.

Quelles sont les motivations des parents pour inscrire leurs enfants à « Petit Génie » ?

Je pense que leur principale motivation est le fait que l’enseignement est différent, étant donné qu’il se donne en français. Être confronté à une autre langue et ce, dès le plus jeune âge, est quelque chose de très profitable. Je dirai même être confronté à une autre langue que l’anglais. Les parents savent que leurs enfants parleront anglais. L’anglais est plus facile à aborder que le français. Ceux qui ont la chance de maîtriser une autre langue auront plus de chances d’accéder à certaines portes. Le français est donc pour les parents une manière d’enrichir le patrimoine linguistique de leurs enfants.

Propos recueillis par Stéphanie Avşar

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

1 Comment

  1. zerrouki

    bonjour, voila je m’installe à istanbul ce septembre et je veux inscrire ma petite de 3 ans a une ecole maternelle francaise, svp est ce peux connaitre le prix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *