Art, Culture

Piramid Sanat : Des histoires inconnues redéfinissent la notion d’étranger

Denizhan Özer a choisi d’orienter son travail sur l’approche de personnes issues de milieux sociaux différents qui quittent leur pays en quête d’un ailleurs meilleur. Venez découvrir cet artiste à Piramid Sanat le temps d’une exposition, “Unknown Stories”, qui se tiendra du 14 Octobre au 3 Novembre 2014.

L’art de Denizhan Özer, se profilant entre Londres et Istanbul, est nourri par l’éternelle contradiction qui habite cette frontière poreuse qui existe entre ce qui est légal et ce qui ne l’est pas. Il relate ainsi l’histoire de ces personnes qui arrivent à Londres en tant qu’immigrants et tentent tant bien que mal de se raccrocher à la vie dans un environnement géographique différent. Il se concentre notamment sur le concept de « justice sociale » qui se développe entre le sujet et les autorités institutionnelles.

Piramid Sanat vous invite alors à découvrir Denizhan Özer à travers une exposition qui met un point d’honneur à étudier la position de l’immigré dans la société occidentale. C’est la découverte d’une vie que l’artiste nous raconte, un cheminement de l’arrivée de cet étranger sur ce sol qu’il a rêvé et qu’il finira par ne plus quitter, figé dans un décor éphémère. Denizhan Özer a choisi de mettre en lumière ces personnes en quête d’identité, ces inconnus dont on ignore souvent les histoires, perdus entre un pays qui ne les accueille pas sous les meilleurs auspices et la lutte pour la survie. Dans cette optique, Denizhan Özer a employé plusieurs moyens d’expression, révélateur d’une sensibilité artistique plurielle. Des archives réelles telles que des photographies, des vidéos et des installations renvoient à la notion d’identité et d’affaires personnelles collectées çà et là Durant plus de 25 ans. L’artiste nous permet alors de pénétrer dans le cercle de l’intime pour vivre ces histoires inconnues de l’intérieur.

Et si l’immigré ne parvenait pas à se détacher de ce statut d’étranger qui lui colle à la peau ? Tel est le débat proposé par cette exposition d’art contemporain qui explore le parcours d’une vie, étapes par étapes. L’artiste nous confiait même vouloir attirer le regard sur des personnes « sans identités fixes » qui ne se sentent jamais réellement chez elles nulle part, prises dans le cercle vicieux de la volonté de s’intégrer dans un sol qui leur sera finalement toujours étranger.

Myriam Saqalli 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *