Société

Des piscines pour chats à Van

Les chats ne sont pas franchement connus pour leur amour de l’eau. Pourtant, ce n’est pas le cas des chats originaires de la province orientale de Van ! À tel point qu’une piscine a été conçue pour eux, rapporte le quotidien turc Hürriyet.

Crédit photo : Agence Anadolu

Le turc de Van, ou chat du lac de Van, est une espèce rare originaire du sud-est de la Turquie. Ce grand chat aux yeux vairons, bleus ou ambrés, a une robe blanche soyeuse, parfois tachetée de roux, et une queue en panache. Mais ce n’est pas sa beauté qui a rendu cette espèce connue à travers le monde.

Affectueux et d’une grande intelligence, ils sont surtout étonnants en raison de leur amour pour l’eau. Loin des stéréotypes sur le monde des félins, ils sont ainsi devenus ceux que l’on surnomme les « chats nageurs ».

C’est pour répondre à cet attrait pour l’eau que de petites piscines spécialement conçues pour qu’ils puissent s’adonner à leur jeu favori ont été installées au sein de la « Villa des chats » de Van gérée par l’Université Yüzüncü Yıl.

Ce centre s’occupe de protéger les espèces en voie de disparition et tente pour se faire de reproduire au mieux l’habitat naturel des chats qui doivent être protégés.

Le quotidien Hürriyet rapporte que, lors de la cérémonie d’ouverture de la piscine pour chat, Murat Zorluoğlu, le gouverneur de Van, a rappelé et condamné les actes de violence ignobles à l’encontre des animaux qui ont récemment provoqué un scandale dans toute la Turquie, avant de rappeler que la Villa des chats de Van était un lieu important pour la protection des chats : « Nous avons malheureusement constaté des actes de torture dans certains endroits de notre pays qui ont causé beaucoup d’indignation. À cet égard, il y a des choses très importantes que nous devons faire pour (protéger) les animaux. Ce centre est très important non seulement pour Van, mais aussi pour notre pays ».

Le directeur du centre de recherche turc « Chat de Van », Abdullah Kaya, aussi présent lors de l’inauguration, a déclaré qu’ils essayaient en effectuant des recherches scientifiques de s’assurer que les chats de Van ne soient pas menacés d’extinction. Il a remercié un homme d’affaires turc, resté anonyme, qui a offert de généreuses contributions pour que les piscines pour chats puissent être construites.

Abdullah Kaya est ensuite revenu sur l’intérêt de ce projet : « Nous devons apprendre à ces chats comment nager, car ils sont capables de le faire. Cette capacité des chats de Van ne devrait pas disparaître (…) Les chats de Van sont importants, car ils sont uniques au monde. Ils représentent un héritage culturel important ».

Camille Saulas

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *