Environnement, Société

Plus de voiture à Bozcaada

Afin de protéger l’île magnifique de Bozcaada, situé dans le nord de la mer Égée, les autorités locales envisagent sérieusement d’y interdire totalement la circulation des véhicules motorisés.

La municipalité de Bozcaada veut agir pour réduire le trafic lié à l’activité touristique sur l’île. Pour se faire, les autorités locales pensent sérieusement à interdire les véhicules motorisés sur l’île, excepté pour les locaux.

Le maire de Bozcaada, Hakan Can Yılmaz, a expliqué à l’Agence Anadolu que son île est une destination touristique très prisée dans la région de Çanakkale et en Turquie. Or, le tourisme commence sérieusement à nuire à l’environnement de Bozcaada qui « était une île de production pendant des siècles ; une île de raisin et de vin ».

Ainsi, le maire estime qu’il est grand temps de prendre des mesures : « Ses beautés naturelles ont toujours été protégées. Nous avons donc mis cela au premier rang dans l’échelle de nos projets pour développer Bozcaada et la protéger ».

Alors que pour le maire il est tout bonnement impensable que son île vive la même expérience que d’autres régions populaires de Turquie, qu’elle finisse par s’effondrer économiquement  et que des problèmes de santé publique apparaissent à long terme, il a signalé que les prémisses de ce projet de réduction de la circulation sur Bozcaada remontaient à 2015 : « Nous avons cherché des moyens d’accueillir les visiteurs sans leurs voitures. Nous avons commencé le travail en 2015. Le transport maritime est très important pour nous. Le but était de permettre aux gens de quitter l’île à tout moment. De cette façon, nous interdisons déjà le trafic sur l’île à certains endroits. Nous acceptons les véhicules dans la partie centrale de l’île s’ils ont des réservations de bateaux-navettes. Nous ne permettons pas aux autres [véhicules] de se rendre dans le centre ». Cette initiative est d’autant plus naturelle qu’il est désormais facile pour les visiteurs de visiter l’île sans véhicule notamment grâce aux traversiers dont les horaires ont été adaptés, estime le maire.

En revanche, Bozcaada ne s’arrêtera pas là, et c’est tant mieux. Selon M. Yılmaz, la municipalité travaille activement sur un modèle permettant d’interdire totalement la présence de voitures sur l’île. Pour se faire, de nouveaux services de transports devraient être mis sur pied : « Nous devons développer des modèles pour interdire complètement les voitures sur l’île. Ce problème sera résolu lorsque nous organiserons un système de navettes et de transports publics performants. Nous voulons le faire avec des véhicules respectueux de l’environnement. Nous avons commencé cette année en offrant aux visiteurs un service de navette entre le port et leur hôtel grâce à deux voitures de golf ayant la capacité de transporter huit personnes. Les retours ont été positifs ».

Les autorités estiment qu’il faudra attendre trois ans avant de voir une île totalement protégée et vierge de toute présence de deux et quatre roues, le maire de Bozcaada ayant expliqué que les autorités veulent « renforcer le système de navette avec des véhicules respectueux de l’environnement qui desservent chaque crique de l’île ».

Camille Saulas

 

 

l

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *