International

Plusieurs dizaines de morts après la bavure de la coalition anti EI en Syrie

L’observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a annoncé la mort de 56 civils, dont 11 enfants, lors d’un bombardement de la coalition anti-Islamique dans le village de Toukhar, près de la ville de Manbij.

manbij

Alors que les combats s’étaient intensifiés ces dernières semaines dans cette ville du nord de la Syrie, les bombardements de la coalition dans la nuit du 18 au 19 juillet auraient causé la mort de nombreux villageois dans le village situé à une dizaine de kilomètres de la ville tenue par les djihadistes depuis 2014. Toutefois, le nombre de victimes n’a pu être déterminé avec précision: si Aamaq, organe de communication des djihadistes a anisé que 160 villageois avaient trouvé la mort lors de ces bombardements, certaines sources locales avancent aussi des chiffres plus élevés que ceux annoncés par l’OSDH. Dans un entretien au journal Le Monde, Hassan Al-Nifi autrefois responsable local et désormais en exil estime les pertes à 200 personnes.

Pour de nombreux observateurs locaux, c’est la stratégie de la coalition qui est discréditée par ces événements. Alors que celle-ci semble sur le point de remporter la victoire, l’encerclement systématique des djihadistes aurait poussé ceux-ci à adopter une stratégie désespérée et les aurait poussé à vendre chèrement leur peau en utilisant tous les moyens à leur disposition, y compris les boucliers humains. L’une des stratégies des djihadistes observée consistait par exemple à allumer des feux de pneus pour gêner la visibilité, et donc la précision, des bombardiers de la coalition.

Cependant, ces propos contredisent certaines affirmations des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), dont l’un des chefs; Abou Adnan Amjad, déclarait récemment « Les combattants de Daech se déguisent en civils pour fuir vers al-Bab. Nos forces permettent à tous les civils de partir. Nous invitons les habitants à s’éloigner des rassemblements des djihadistes pour éviter les bombardements. ». Ce drame risque de nuire durement à l’image des forces kurdes dans la région.

Jaufré Béziade-Queille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *