Environnement, International

La population d’ibis chauves augmente en Turquie

Grâce aux efforts de conservation du ministère des Forêts et des ressources naturelles ainsi que du ministère de l’Environnement, le nombre d’ibis recensés sur le territoire turc a été multiplié par six au cours des 16 dernières années.Les ibis chauves, longs de 60 à 80 cm, étaient autrefois très rependus au sud de l’Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Malheureusement, ils ont disparu totalement en Europe il y a 300 ans tandis que leur population a dramatiquement diminué dans les autres régions du monde. À titre d’exemple, on ne compte plus que dix ibis à tête chauve en Syrie. La situation est si critique que cet oiseau, aussi appelé ibis érémite, fait partie de la liste des 100 espèces les plus menacées du monde établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en 2012.

Ces oiseaux au plumage noir et aux reflets bleutés qui vivent, contrairement aux autres ibis, en colonies sur des parois rocheuses et sur des falaises côtières, pourraient être sauvés en Turquie grâce au programme de réintroduction mis en place par les autorités avec une colonie de reproduction en semi-liberté établie dans le district de Birecik, dans la province de Sanlıurfa.

En effet, selon un communiqué du ministère des Forêts, le nombre de geronticus eremita enregistré en 2017 est de 240, contre 42 en 2001. En outre, ce n’est pas moins de 47 oiseaux qui sont nés l’année dernière.

Dans la colonie du sud-est du pays, les oiseaux ont été mis sous protection après la saison de reproduction pour éviter la migration, qui a généralement lieu en juillet ou en août.

Le ministre des Eaux et forêts, Veysel Eroğlu, a déclaré que le ministère a commencé à utiliser des dispositifs de repérage sur les oiseaux en 2008 pour observer leurs schémas de migration.

Le ministre turc a souligné dans son communiqué que les dispositifs de repérage par satellite permettent aux experts d’identifier les problèmes rencontrés par les espèces menacées et feront également la lumière sur leurs préférences concernant l’endroit où ils vivent.

De plus, un centre d’accueil a également été mis en place pour que les Turcs et les touristes puissent observer cet oiseau qui est un symbole d’abondance en Turquie, mais aussi pour illustrer l’importance de l’Euphrate et de Birecik pour la sauvegarde de l’espèce.

Camille Saulas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *