Art, Culture

Pour ses 10 ans, le prix Nuri İyem consacre Şule Acar

Organisé pour la dixième année consecutive par la galerie Evin Sanat, le grand prix artistique Nuri İyem a été remis à Şule Acar. L’exposition de son œuvre « Isimsiz » (« anonyme ») est ouverte au public jusqu’au 16 juin.

nuri_iyem_3

Avec un nombre de participants en hausse pour cette année, le jury a départagé 153 artistes venus de 24 villes différentes de Turquie pour en exposer 26 dont le grand gagnant. Les organisateurs ont été ravis de constater une forte augmentation de candidats féminins, signe d’un changement social en marche dans le milieu artistique. Le professeur Erhan Karaesmen, ami proche de Nuri İyem pendant 40 ans et président du jury, nous explique que l’artiste aurait été fier de constater l’émancipation des femmes turques tel que la souhaitait Mustafa Kemal Atatürk, promoteur de la liberté et de la position de la femme dans la société.

nuri_iyem.4nuri_iyem_2

Suite à une délibération anonyme, le jury a été réjoui de découvrir que ce prix a été remis à une jeune artiste : Şule Acar. Professeur de mathématiques, l’artiste s’est dite enchantée et étonnée de l’obtention de ce prix. À la faveur des encouragements de son professeur d’art, ce qui n’était préalablement qu’une esquisse a été transformée en toile et a été soumise au jury. Loin des portraits de Nuri İyem, l’œuvre de Şule Acar se rapproche du cubisme : la toile atteste d’une vision artistique changeante où l’intelligence et la créativité sont de mises. La toile nommée « Isimsiz », c’est-à-dire « Anonyme » ou « Sans nom », est un choix de l’artiste afin de donner la liberté à chacun de nommer le tableau sans l’identifier à quelque chose. Erhan Karaesmen voit en ce tableau une manière d’interpréter l’art selon l’imagination de chacun sans présence de figures humaines.

nuri_iyem_jpgNé à Mardin en 1918, Nuri İyem a marqué l’art turc du début du XXe siècle par ses œuvres représentatives de la réalité sociale turque. Ses tableaux mettent essentiellement en scène des femmes migrant de leurs villages vers les grandes villes pour y vivre dans des taudis. Les œuvres de Nuri İyem sont le reflet d’une époque exprimant l’espoir et le désespoir à travers la peinture. Suite à son décès en 2006, le « Prix artistique Nuri İyem » a été mis en place pour lui rendre hommage. Ce dernier se déroule tous les ans à la Galerie Evin Sanat, dans un bâtiment historique du quartier stambouliote de Bebek. Propriétaires des lieux depuis plus de 12 ans, Ümit et Evin s’attèlent à y faire vivre l’art dans toute sa splendeur.

Gizem Karaceper

1 Comment

  1. Bonjour,
    Je suis une artiste française et je souhaiterai participer à votre prix artistique.
    Comment dois-je procéder?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *