International, Politique

Présidentielle 2017 : Zoom sur Emmanuel Macron

Dimanche 7 mai, les Français se sont rendus aux urnes pour élire leur nouveau Président. Selon les résultats provisoires, M. Macron (En Marche !) est aujourd’hui devenu le huitième président de la Ve république. Portrait de l’homme qui était encore inconnu en 2012.

Photo : AFP

Son émergence et sa carrière avant la politique

Emmanuel Macron est né le 21 décembre 1977 à Amiens. Il a été élevé par ses parents, tous deux médecins, aux côtés de son frère et de sa sœur. Il grandit dans un milieu aisé en étant très proche de sa grand-mère, principale de collège. Il a déclaré qu’elle était l’origine de son engagement politique. Il effectue sa scolarité à Amiens, où il étudie chez les Jésuites et remporte le Concours général de français à 16 ans. Emmanuel était un élève brillant et fréquente également le conservatoire d’Amiens où il apprend à jouer du piano. Au lycée la Providence, il rencontre Brigitte Trogneux, professeur de français et de théâtre qui deviendra ensuite sa femme. Il part ensuite étudier au lycée Henri IV, à Paris, où il obtient son baccalauréat scientifique avec mention très bien.

Il continue d’étudier à Henri IV, en prépa littéraire. Après hypokhâgne et khâgne, il échoue au concours de Normale Sup, mais obtient par la suite une maîtrise et un DEA de philosophie à l’université de Nanterre.  Il fait la connaissance de Paul Ricœur et devient en 1999 son assistant, il participe d’ailleurs à la rédaction de l’un de ses derniers ouvrages. En 2001, il intègre Sciences Po et l’ENA en 2002, dans la promotion Léopold Sédar Senghor. 

À sa sortie de l’ENA, il devient inspecteur des finances en 2004. Il débute sa carrière à l’Inspec­tion des Finances en tant qu’inspec­teur adjoint puis il devient inspec­teur des Finances en octobre 2005. En juin 2007, il est chargé de mission auprès du chef de service de l’Inspec­tion géné­rale des finances. Il devient Rapporteur général adjoint de la Commission pour la libération de la croissance présidée par Jacques Attali.

En 2008, M. Macron change d’orientation et intègre le secteur privé. La banque Roth­schild l’engage à l’âge de 30 ans comme banquier d’affaires. Son ascen­sion au sein de la banque est fulgu­rante, il pilote plusieurs rachats qui lui seront favorables, comme la négociation du rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer, Macron devient millionnaire. Il est promu associé puis gérant en décembre 2010. Il tiendra ce poste jusqu’en mai 2012 où il démissionne pour se consacrer à la politique après avoir soutenu François Hollande.

Son ascension politique et sa carrière

M. Macron entre, en 2004, dans la haute fonc­tion publique et débute sa carrière comme inspecteur adjoint des finances. Il devient ensuite inspec­teur des Finances en octobre 2005. En juin 2007, il est chargé de mission auprès du chef de service de l’Inspec­tion géné­rale des finances.

François Hollande lui propose en mai 2012 de rejoindre l’Élysée en tant que secré­taire géné­ral adjoint de la prési­dence. Le 26 août 2014, il est nommé ministre de l’Écono­mie, de l’Indus­trie et du Numé­rique dans le gouvernement Valls II en remplacement d’Arnaud Montebourg. Le projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques est le projet qui a le plus marqué son passage à Bercy.

Connu sous le nom de la « loi Macron », cette loi de réforme controversée permettait aux magasins d’ouvrir plus souvent les dimanches et de déréglementer certains secteurs de l’industrie. Il a également défendu les start-ups numériques, mais ses politiques ont attiré l’opposition des socialistes les plus à gauche.

Alors qu’il est encore ministre de l’Économie, Emmanuel Macron lance le mouvement En marche ! Il affirme alors vouloir porter son mouvement « jusqu’à 2017 et jusqu’à la victoire ». Il démissionne du gouvernement le 30 août et annonce offi­ciel­le­ment sa candi­da­ture à l’élec­tion prési­den­tielle 2017 où il arrive en tête au premier tour avec 24 % des voix.

L’équipe de Nicolas Sarkozy a approché Emmanuel Macron en 2007 avant qu’il s’engage aux côtés de François Hollande. En 2010, c’est l’entourage de Dominique Strauss-Kahn qui cherche à le recruter. Emmanuel Macron finit par choisir François Hollande alors que celui-ci était au plus bas dans les sondages.

Emmanuel Macron était aussi proche de Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget. C’est même lui qui a réconcilié M. Cahuzac avec le candidat Hollande. Après les premières révélations sur l’affaire de blanchiment d’argent et de fraude fiscale de Jérôme Cahuzac, Emmanuel Macron l’avait d’ailleurs soutenu.

Sa campagne et son mouvement En Marche !

Emmanuel Macron était jusqu’à 2012 une figure quasi inconnue dans la politique française. Désormais, en tant que leader du nouveau mouvement politique En Marche !, il se trouve dans la position de défenseur des valeurs démocratiques libérales françaises lors du deuxième tour des élections présidentielles françaises contre l’extrême droite de Marine Le Pen.

Il a lancé En Marche ! comme un parti « ni gauche ni droite » en avril 2016 qui compte plus de 200 000 membres.

Le mouvement est d’abord une plateforme internet qui aspire à construire la France de demain avec une génération nouvelle et sortir des « blocages » en refondant « par le bas » de nouveaux consensus. C’est un mouvement politique nouveau qui accepte la double appartenance et qui accueille des transpartisans positionnés en dehors du clivage traditionnel gauche-droite, mais ouvert à tous ceux qui voudront le rejoindre, même s’ils sont déjà adhérents d’un parti républicain quel qu’il soit.

Ainsi, le mouvement En Marche ! ressemble de plus en plus à un véritable parti. Par sa structuration d’abord. Il accueille des « référents » par départements à la tête de comités locaux. Cependant, contrairement au fonctionnement habituel des fédérations et sections, chacun a le droit de créer un comité à sa guise et rejoindre ou quitter celui de son choix, indépendamment de l’endroit où il habite. Le candidat pro Union européenne a déclaré à plusieurs reprises qu’il voulait créer un nouveau genre de politique sans structures, mais la façon dont cela serait fait n’est pas claire.

Parmi ses partisans, le vétéran modéré François Bayrou et l’ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls.

Durant sa course à l’Élysée, Macron a tenu une campagne plutôt réussie malgré quelques péripéties.  En effet, parmi les politiques qu’il a détaillées, on compte un plan d’investissement de 50 milliards d’euros pour la formation professionnelle, un passage à l’infrastructure des énergies renouvelables et la modernisation. Il s’est également engagé à réduire l’impôt sur les sociétés, à réduire le chômage de 9,7% à 7% et à introduire des exonérations fiscales locales d’habitation d’une valeur de 10 milliards d’euros. Des résolutions qui ont été approuvées et partagées par nombreux français, qui ont lui ainsi permis de passer au second tour et continuer sa course à l’Élysée.

Cependant, Emmanuel Macron a été victime d’une « opération de piratage massive et coordonnée », après que les fichiers censés être issus de la campagne ont été publiés en ligne via les médias sociaux. Les responsables de la campagne ont déclaré que les auteurs du piratage – révélés juste deux jours avant l’élection – avaient mélangé des documents faux avec des documents authentiques « afin de créer une confusion et une mauvaise information ». Environ 14,5 giga-octets d’emails, des documents personnels et professionnels ont été publiés, selon un aperçu de la chaine CNN. Les liens vers plus de 70 000 fichiers ont été affichés sur pastebin, un site de partage de texte, juste avant 22 heures ET vendredi. La déclaration a affirmé qu’en se produisant près de la fin de la campagne, l’opération est clairement censée porter atteinte à la démocratie, tout comme lors de la récente campagne présidentielle aux États-Unis. Son organisation politique En Marche !  a qualifié l’attaque d’une série d’intrusions cybernétiques.

Emmanuel Macron est aujourd’hui devenu le plus jeune président de l’Histoire française et le plus jeune leader du pays depuis Napoléon.

Solène De Faria Conto, Youssra Gouram et Sara Boudali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *