Economie, International, Politique

Présidentielle : Le Pen et Macron présentent deux visions très différentes de la France

Le débat qui a eu lieu mercredi soir, en direct, sur les chaînes de télévision françaises TF1 et France 2, n’a pas opposé que le visage d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, mais aussi deux visions très différentes de la France. En bref, c’est la pro-mondialisation, le pro-européen Emmanuel Macron contre une « France première » et anti-Union européenne (UE) de Marine Le Pen.

Les modérateurs et leurs chefs de chaîne ont rencontré au préalable les représentants des deux candidats pour décider des sujets qui seraient discutés. Ils ont cerné environ une dizaine de sujets au total sur lesquels ils étaient diamétralement opposés : l’Europe, l’économie, l’identité et le cas de l’usine condamnée de Whirlpool, dans le nord de la France, qui est devenu un point central de la campagne la semaine dernière.

Sur le plan économique, Marine Le Pen insiste depuis longtemps sur la nécessité du rétablissement d’une monnaie nationale et une possibilité de revenir au franc. Quant à l’UE, elle prédit sa « mort » et promet de tenir un référendum « Frexit » sur l’adhésion de la France à l’Union européenne. La candidate frontiste veut aussi abolir une directive de l’UE permettant aux entreprises d’un pays membre de l’UE d’envoyer leurs travailleurs ailleurs dans le bloc et s’oppose à l’accord commercial CETA entre l’UE et le Canada.

Emmanuel Macron, ancien banquier et ministre de l’Économie sous François Hollande qui a concouru sur une campagne impitoyablement pro-européenne, veut renforcer la zone euro en mettant en place un budget distinct pour les 19 États membres qui utilisent la monnaie unique. Il propose également de donner à la zone euro son propre parlement et ministre des finances. Macron veut également que l’Europe renforce ses frontières extérieures en créant une force frontalière commune et désire imposer des tarifs plus élevés pour protéger l’industrie européenne de la concurrence déloyale, en particulier de la Chine. En outre, il appuie généralement les accords commerciaux internationaux et il soutient le traité de libre-échange avec le Canada.

En quelques lignes, voici les principales propositions des candidats qu’ils ont tenté d’exposer lors de ce débat de l’entre-deux-tours.

Économie

Emmanuel Macron veut réduire l’impôt sur les sociétés pour les entreprises de 33 % à 25 %. Il désire également faire des compressions budgétaires de 60 milliards d’euros pour aider à maintenir l’engagement de la France à respecter la limite de déficit de l’UE de 3 % du PIB. Ainsi, le candidat d’En Marche ! propose un programme d’investissement public de 50 milliards d’euros pour les mesures environnementales et l’innovation numérique.

Quant à Marine Le Pen, elle veut un « protectionnisme intelligent », notamment en favorisant les entreprises françaises dans les contrats du secteur public. Elle estime également nécessaire de libérer des prêts pour les petites entreprises en réduisant les frais d’intérêt.

Immigration

Madame Le Pen s’est engagée à réduire l’immigration nette à seulement 10 000 migrants et a promis un « moratoire» sur l’immigration légale. Elle voudrait rendre plus difficile le processus de demande d’asile et restreindre les politiques qui permettent aux migrants d’amener des parents en France, tout en empêchant les migrants clandestins d’obtenir le statut de résident. Les étrangers condamnés pour des accusations de terrorisme ou tout autre crime seraient automatiquement expulsés et elle abolirait une loi qui permet aux enfants ayant des parents migrants qui sont nés en France de devenir français.

De son côté, M. Macron s’est engagé à accélérer le processus d’examen des demandes d’asile jusqu’à un maximum de six mois, y compris les appels. Il a salué la chancelière allemande Angela Merkel pour sa politique généreuse à l’égard des demandeurs d’asile qui a vu plus d’un million de nouveaux arrivants depuis 2015.

Islam

Outre l’Europe et l’immigration, l’autre grande obsession de Marine Le Pen est l’islam. Elle estime que « l’Islam radical serait en mouvement » et prévient régulièrement du « danger mortel de l’islam fondamentaliste ».

Macron, d’autre part, a accusé Marine Le Pen de stigmatiser toujours plus et d’essayer de faire des cinq millions de musulmans français des ennemis.

Le Pen a insisté récemment sur l’idée que l’Islam ordinaire est compatible avec la République française, mais une de ses promesses serait l’interdiction du port de symboles religieux « ostentatoires », notamment le voile islamique.

Macron n’a pas dit qu’il souhaitait prolonger l’interdiction du voile – interdit dans les écoles et les bâtiments publics depuis 2004 – à tous les lieux publics. Sur la question du Burkini, Macron dit que c’est un « problème d’ordre public », ce qui signifie qu’il devrait y avoir une loi afin de l’interdire tout comme le veut Marine Le Pen.

Enfin, Mme Le Pen souligne qu’elle veut dissoudre certaines organisations musulmanes en France, tandis que M. Macron veut au contraire aider les musulmans à construire un « nouvel islam français ».

Identité

Marine Le Pen veut que les étrangers et les immigrants soient assimilés en France et non pas intégrés, tandis que Emmanuel Macron prône la diversité culturelle et le pluralisme.

Pour Marine Le Pen, le crédo serait : « vous adoptez la culture française ou vous rentrez chez vous », alors qu’Emmanuel Macron a déclaré: «Il n’y a pas de culture française, il y a de la culture en France et elle est diverse».

Alors que Le Pen croit que la culture et l’identité françaises sont menacées par l’immigration de masse, Macron est heureux de célébrer la diversité.

Travail et retraite

Les deux candidats ont déclaré qu’ils conserveraient les 35 heures, mais Macron veut permettre aux entreprises de négocier de nouvelles pratiques de travail avec leurs employés.

Mme Le Pen veut réduire l’âge de la retraite à 60 ans – ce sur quoi elle se contredit constamment – tandis que M. Macron veut unifier un réseau complexe de règles concernant la retraite pour divers employés des secteurs publics et privés, tout en maintenant l’âge actuel de la retraite. Il veut également suspendre les prestations de chômage pour les travailleurs qualifiés qui refusent deux offres d’emploi « décentes ».

Pour réduire le budget, M. Macron veut réduire 120 000 postes de fonctionnaires, mais les hôpitaux seraient épargnés, tout en créant 10 000 emplois dans la police et 4 000 à 5 000 postes d’enseignants.

Marine Le Pen préconise davantage d’emplois de fonctionnaires au niveau national et pour les hôpitaux, mais moins d’emplois gérés par les autorités régionales françaises. Elle veut également 21 000 agents de la police et des douanes supplémentaires.

Sécurité

M. Macron a promis d’augmenter le nombre de policiers de 10 000 personnes alors que Mme Le Pen soutient qu’il faudra 15 000 officiers supplémentaires en France. En ce qui concerne les prisons, M. Macron propose 15 000 nouvelles places, Mme Le Pen 40 000.

Alors que Macron a proposé un fonds de défense de l’UE pour les missions conjointes, Le Pen veut retirer la France de l’OTAN et augmenter les effectifs de 50 000 personnes.

Taxes

Marine Le Pen imposerait une taxe de 35 % sur les marchandises des entreprises qui déplacent la production à l’étranger et imposerait une taxe sur l’embauche de travailleurs étrangers afin que les Français obtiennent la priorité. Elle réduirait les impôts sur le revenu de 10 % pour les ménages à plus faible revenu et laisserait tomber le plan de la France pour retenir l’impôt sur le revenu des gains mensuels à compter de l’année prochaine.

Emmanuel Macron, de son côté, veut une suspension de trois ans des taxes d’habitation pour 80% des ménages français. Il veut également transformer la taxe de richesse dite « solidaire » de la France pour les personnes qui demandent plus de 1,3 million d’euros (1,4 million de dollars) d’actifs en une taxe sur le patrimoine immobilier, qui exclurait les actifs financiers.

Boudali Sara et Youssra Gouram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *