Economie, International, Société

PROPARCO : 40 ans d’actions dans le monde

Gregory CLEMENTE, Directeur général de Proparco, Jean-Gabriel DAYRE, responsable du bureau Proparco Turquie et Serge SNRECH, Directeur de l’AFD Turquie, étaient réunis mercredi 20 juin à Istanbul pour célébrer l’anniversaire de Proparco ; l’occasion de revenir sur ces 40 dernières années d’actions et partager leur vision pour le futur de l’agence en répondant aux questions du Dr. Hüseyin Latif, directeur de publication d’Aujourd’hui la Turquie, et Nicolas Cheviron, correspondant en Turquie de Mediapart.

Fondée en 1977, l’agence Proparco est la filiale de l’AFD (Agence française de développement) qui promeut le développement du secteur privé dans les pays sous-développés et en développement. Elle soutient les initiatives privées, entreprises locales et internationales, tandis que sa société mère, l’AFD, agit dans le domaine public.

Proparco a ouvert son bureau à Istanbul en 2003. Sa zone d’intervention ne se limite pas à la Turquie, mais s’étend du Moyen-Orient à l’Asie Centrale en passant par le Caucase et l’Europe du Sud-Est. Cette large zone connait des défis divers et variés. Les partenaires présents sur toute la zone, en apportant leurs expériences et leurs connaissances du terrain, permettent une identification précise des besoins afin d’y apporter une réponse adaptée. Selon Grégory Clemente, DG de Proparto, « ce n’est pas tant le projet en lui-même qui est intéressant, mais son impact sur la population locale et le climat. »

Subsidiarité comme maître mot

Gregory Clemente et Jean-Gabriel Dayre souhaitent placer la protection de l’environnement au cœur de l’action de Proparco, tant en réduisant les émissions de carbones qu’en développant les projets avec les énergies propres.

Hier, Proparco a signé un accord de prêt de 25 millions d’euros avec Yapı Kredit pour financer des projets renouvelables en Turquie.

Outre la lutte contre le réchauffement climatique, Proparco œuvre pour la création d’emploi, la réduction de la pauvreté, l’accès aux services et aux biens (éducation, santé…).

L’agence s’adapte à sa zone d’intervention, mais également aux nouveaux modèles économiques, à l’instar des start-ups. Jean-Gabriel Dayre déclare ne pas privilégier le financement des projets de ces nouvelles entreprises innovantes, préférant les PME, mais reconnait que cela s’est déjà fait dans le passé.

Subsidiarité – comme un slogan, Gregory Clemente souligne la volonté de Proparco d’être un véritable partenaire et allié des entreprises locales, sans créer de concurrence aux banques locales qui sont les acteurs numéro un. Selon le directeur général de Proparco, « Elles permettent d’atteindre les PME et de se démultiplier auprès des acteurs économiques locaux. »

La Turquie, partenaire privilégié

L’année 2018 marque un autre anniversaire pour Proparco, celui des 15 ans de son implantation en Turquie. Gregory Clemente dresse fièrement le bilan de l’agence : 54 projets ont été financés sur l’ensemble de la zone, dont 25 en Turquie sur la dernière décennie. Il se félicite de ces 15 années de coopération. La Turquie est devenue le premier pays partenaire de Proparco avec un montant de 850 millions d’euros d’investissement ces 15 dernières années.

Le bureau d’Istanbul dispose d’une enveloppe de 200 millions d’euros par an pour toute sa zone d’intervention, dont 50 à 100 millions d’euros profitent à des projets en Turquie.

Si le risque zéro n’existe pas dans ce domaine, les mauvais investissements sont possibles, mais restent rares assure Gregory Clemente, avant d’ajouter que les projets en Turquie n’ont été que succès.

Interrogés sur l’impact de la dévaluation de la livre turque, les représentants de Propaco et de l’AFD n’ont pas montré de signes d’inquiétude. Selon eux, cela n’a pas de conséquences néfastes pour leurs agences, car le financement se fait en euros, ce qui peut cependant poser des problèmes pour les acteurs locaux.

Cette rencontre s’est poursuivie au Palais de France.

Omri Gainsbourg, représentant régional de Meridiam, Ertan Abkbulutn du groupe Tyriaki et Isil Gurduz du groupe Finansbank étaient invités à discuter autour du thème « Financer le secteur privé turc : un intérêt pour la France et la Turquie ». L’occasion pour chacun d’expliquer leur rôle et revenir sur leur partenariat avec Proparco.

Isil Gurduz a exprimé sa volonté d’aider les acteurs privés qui souhaitent changer leur manière de production conventionnelle pour une agriculture biologique en soutenant cette période de transition. Tous trois ont souligné le besoin et l’importance de la formation d’experts afin d’améliorer des moyens de production et innover.

À l’image de Proparco, ils regardent avant tout l’impact du projet, sa durabilité et sa qualité.

La France, forte de son expérience et de son savoir-faire, a été mise à l’honneur par les intervenants en étant présentée comme un modèle pour la construction d’infrastructures durables.

La discussion s’est conclue par un discours du Consul général de France à Istanbul, Bertrand Buchwalter, qui souhaite la pérennité de la coopération franco-truc dans le domaine du secteur privé.

Gregory Clemente a réitéré les objectifs de deux milliards d’euros de prêts annuel d’ici 2020, tout en lançant un appel aux futurs partenaires turcs.

Marie Boyenval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *