Découverte, Société

Pyramide, Piramid, Piramit…

Durant mes cours de géométrie au lycée, je m’étais familiarisé avec cette structure étonnante qu’est la pyramide.2017-02-05 22.48.09

Yılaydın Çefle, l’un des célèbres professeurs de mathématiques du Lycée Haydarpaşa, l’expliquait en détail au tableau, et mes camarades de classe et moi recopiions ce qui était écrit au tableau dans notre cahier quadrillé millimétré :

Une pyramide est un polyèdre formé en reliant en un seul point, sur une base polygonale, des faces triangulaires de nombre divers. Les formes des pyramides varient en fonction de leur base. Par exemple, une pyramide dont la base est rectangulaire a cinq faces.

Le volume d’une pyramide V se calcule en fonction de l’aire de la base (A) et de la hauteur (h). Sa surface totale = A + aires latérales. Quant à la hauteur de l’aire latérale, c’est l’hypoténuse d’un triangle rectangle formé par la hauteur et le rayon. Si le rayon est r,

yhr2

Et l’aire latérale = (périmètre de base x hauteur de la face latérale) /2

* * *

Depuis lors, les Pyramides d’Égypte d’abord, puis, après être allé à Paris, les Pyramides du Louvre, et enfin, en 2006, le Centre d’Art Piramid de Bedri Baykam, font partie de mes centres d’intérêt.

Je n’ai pas encore vu les pyramides d’Égypte, mais je ne cesse de me documenter à leurs sujets.

J’ai suivi de près les polémiques soulevées par la construction des pyramides dans la cour du Musée du Louvre. Les quatre pyramides, dont trois sont petites, commandées par François Mitterrand en 1984 à l’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei, se sont avérées être de véritables merveilles lorsqu’elles ont été achevées en 1989.

 * * *

Immédiatement après la mise sous presse de notre dernier numéro, la discothèque Reina a été l’objet d’une attaque sanglante. 39 personnes sans défense ont été tuées par un ou plusieurs tueurs engagés par des services secrets internationaux afin de nuire à l’image de la Turquie.

Pendant des jours et des jours, dans les journaux, sur les sites internet et les chaînes télévisées, nous avons écouté, regardé des histoires très courtes, de type fragment, faisant penser à la série-culte Le Fugitif popularisée en Turquie, dans les années 1970, par les photoromans policiers et surtout la télévision. Et voilà que nous les regardons toujours !

David Janssen, dans le rôle du bon médecin accusé de meurtre, parvenait au fil des semaines à s’échapper à la fin de chaque épisode en laissant des traces derrière lui.

Bien entendu, dans la série Le Fugitif, le téléspectateur désirait ardemment, de tout son coeur, que l’assassin présumé réussisse à fuir, à échapper aux forces de police et ne soit pas arrêté. Certains ont établi une comparaison avec la présentation faite au public du terroriste et auteur de la tuerie du Reina ; mais à la différence que cette fois, le public voulait l’arrestation de l’assassin nommé Abdulgadir Masharipov.

D’ailleurs, ce tueur professionnel a finalement été appréhendé grâce aux efforts intensifs de la police turque. Aujourd’hui, son interrogatoire se poursuit, et l’on recherche ses complices.

Cette tâche ne semble pas simple. Le terroriste est un tireur à la base de la pyramide. Il faut attraper celui (ou ceux) qui donne(nt) des ordres au sommet de la pyramide !

* * *

Au cœur d’Istanbul, le Centre d’Art Piramid a été fondé en novembre 2006, dans un bâtiment modeste, par l’artiste et écrivain Bedri Baykam. À chaque vernissage d’exposition, il accueille cinq ou six cents amateurs d’art. À chaque fois, on voit devant la porte des gens attendre que d’autres en sortent pour pouvoir entrer dans le bâtiment.

En réponse à la question « Pourquoi le nom Piramid ? », Bedri Baykam déclare « (…) En choisissant ses propres briques dans cet océan infini, chaque artiste bâtit sa pyramide de création et de vie. Cette ‘pyramide’ qui aujourd’hui s’amenuise sous l’effet des divers moyens de communication et de transport, signifie la rencontre de la face multicolore et multiculturelle de notre monde, avec une identité originale et unique à chaque individu. Dans chaque individu doit se trouver une pyramide créée en toute liberté. »

Bedri Baykam 1

Qui sait, un jour peut-être, dans son actuel quartier de Taksim, le Centre d’Art Piramid, sous la direction de Bedri Baykam, se transformera en un plus grand centre d’art, d’une beauté égale à celle de la Pyramide du Louvre à Paris, qui abritera un musée, un cinéma et où l’on pourra organiser d’autres activités culturelles. La Turquie en a besoin.

Célébrons les dix ans de Piramid Sanat !

Dr. Hüseyin Latif

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *