Politique

Quand les parlementaires en viennent aux poings

Le 2 mai dernier, pour la troisième fois en près d’une semaine, une bagarre a éclaté auprès des députés de l’AKP, parti au pouvoir et de l’HDP, parti de l’opposition pro-kurde.

Grand_National_Assembly_of_Turkey_MPs_in_June_2015_2

Une centaine de parlementaires en sont venus aux mains lundi dernier en début de soirée alors que la Commission constitutionnelle devait étudier une proposition du gouvernement ayant pour objectif le retrait de l’immunité aux parlementaires. Selon la chaîne de télévision NTV, plusieurs élus seraient sortis du Parlement avec des blessures superficielles au visage. Retour sur une soirée mouvementée.

Le ton est monté entre l’AKP et l’HDP lorsque Bekir Bozdağ, ministre de la Justice, a accusé l’HDP d’avoir provoqué le dernier éclat de violence du 28 avril, déclaration que le député HDP Garo Paylan a qualifié de diffamation. Il n’en fallu pas plus pour qu’une centaine de députés, incluant les 26 membres de la Commission, se lancent dans une violente bagarre, dont les images ont instantanément été diffusées sur Internet. On peut y voir des parlementaires se lancer des projectiles en papiers, se hisser sur des tables ou encore donner des coups de pieds à leurs collègues.

Il faut dire que le retrait de l’immunité parlementaire est une mesure qui inquiète particulièrement le HDP puisque ses membres sont d’avis que la proposition du gouvernement vise d’abord et avant tout à réduire leur présence au sein du corps législatif. En effet, si des députés de l’HDP venaient à être soupçonnés d’entretenir des liens avec l’organisation séparatiste PKK, comme cela a été sous-entendu par le pouvoir à plusieurs reprises, ils pourraient être poursuivis en justice étant donné que le PKK est considéré comme une organisation terroriste selon Ankara, Washington et Bruxelles.

Le porte-parole du gouvernement Numan Kurtulmuş a dénoncé cet éclat de violence qu’il a considéré comme une tentative de « pousser le gouvernement à faire marche arrière. » Il a ajouté : « quoi qu’il arrive, les demandes de levée de l’immunité seront présentées au Parlement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *