Art, Culture

Quand les tableaux de maîtres s’égarent

  tableaux_2La semaine dernière, un tableau présumé peint par Van Gogh a été découvert en Turquie, tandis qu’il a été statué que la Frise Beethoven de Klimt sera conservée par l’Autriche au détriment des héritiers de son possesseur d’origine. Deux évènements qui soulèvent encore une fois la question du recel d’œuvre d’art.

Un Van Gogh trouvé dans une voiture ?tableau_2

Vendredi dernier, la police turque a trouvé un tableau qui pourrait bien être de la main du Néerlandais Vincent Van Gogh. La peinture a été trouvée dans la province de Tokat, au nord de la Turquie, dans le véhicule d’un homme qui faisait l’objet d’une surveillance des autorités depuis sa tentative de vendre l’œuvre sur internet.

Il s’agit d’une huile sur toile de 44×64 cm qui porte les inscriptions « Vincent Van Gogh Den Haag 1882 » et « Dalhem Museum, Orphan Man, Standing » ; cette trouvaille ferait donc vraisemblablement partie de la série Homme Orphelin du célèbre auteur de la Nuit étoilée. L’Université Gaziosmanpaşa de Tokat, qui s’occupe de l’expertise du tableau, a révélé suite à un examen préliminaire que les chances qu’il s’agisse d’une imitation étaient très minces.

Un Klimt qui ne sera pas restitué par l’Autriche

tableau_3

Un autre objet d’art, cette fois peint par Gustav Klimt, a été le sujet beaucoup de débats cette semaine. La Frise Beethoven, chef-d’œuvre de 1902 mesurant 34 mètres de long, appartenait avant la Seconde Guerre mondiale aux Lederer, famille juive autrichienne. Lors de l’annexion du pays par l’Allemagne nazie en 1938, les Lederer partent vivre en Suisse et la frise est saisie. Erich Lederer la récupère après la guerre, mais doit s’en séparer de nouveau en 1972 après avoir subi des pressions de la part de l’État autrichien. En effet, si le collectionneur avait refusé de la lui vendre à un bon prix, il n’aurait pas eu le droit de faire rapatrier toutes ses autres œuvres d’art. Lederer l’a donc cédée pour 750 000 dollars.

Ses héritiers, dénonçant les conditions de cette vente, ont donc cherché à récupérer la Frise Beethoven, qui rend hommage au grand compositeur éponyme ; le tribunal, qui pour trancher la question a sollicité un panel d’experts, a finalement rendu son jugement vendredi : l’œuvre ne sera pas restituée aux héritiers Lederer. L’un des avocats de ces derniers a donc déclaré son intention de faire appel, soit devant la CEDH, soit devant une cour états-unienne. Quant au ministre autrichien de la Culture Josef Ostermayer, il a exprimé toute sa satisfaction de voir la frise conservée par le palais-musée viennois de la Sécession ou elle est exposée à la vue de tous depuis 1986.

Victoria Coste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *