Culture

Quatre grands noms de la littérature turque

[Cet article fait partie du Supplément Livres d’Aujourd’hui la Turquie, paru dans Aujourd’hui la Turquie du mois de mai]

Ahmet Hamdi TanpinarAhmet Hamdi Tanpinar, né en 1901 à Istanbul est considéré comme le fondateur de la littérature turque moderne. Il publie ses premiers poèmes à l’âge de 19 ans. Parmi ses romans les plus connus, on peut citer Pluie d’été, L’Institut de remise à l’heure des montres et des pendules ou encore Histoire de la littérature turque du XIXe siècle. Il meurt à Istanbul en 1962.

Nazım HikmetNâzım Hikmet, né en 1902 est lui aussi une figure importante de la littérature turque du XXe siècle. Poète militant, il écrit également des pièces de théâtre, romans, contes… Il est condamné en 1938 à la prison pour la publication d’un éloge à la révolte intitulé L’Épopée de Sheik Bedrettin. Il sera libéré en 1950. De son vivant, il est l’un des poètes les plus connus en Europe et ses écrits sont traduits dans plusieurs langues. Il meurt en 1963 à Moscou.

Sait Faik AbasıyanıkSait Faik Abasıyanık, né en 1906, est surtout connu pour ses histoires courtes et ses poèmes qui décrivent la vie difficile des petits gens d’Istanbul. Ses écrits peignent la vie quotidienne des classes populaires turques, ouvriers, chômeurs, pêcheurs… Son quatrième recueil Le Café du coin paru en 1950 est considéré comme l’une de ses œuvres les plus abouties, il comprend vingt-deux nouvelles à la fois abruptes, mélancoliques et drôles. Il meurt à Istanbul en 1954.

Sabahattin AliSabahattin Ali, né en 1907, publie ses premières nouvelles dans les années 1930, elles reflètent la réalité sociale de la Turquie de ces années. Publié en 1937, son premier roman Youssouf le taciturne, livre une critique de la Turquie de l’époque. Avec son deuxième roman Le Diable qui est en nous, il devient la cible des nationalistes turcs. Son troisième roman La madone au manteau de fourrure publié en 1943 sera suivi de recueils de poèmes et de nouvelles. Grand défenseur du socialisme, il est condamné à de nombreuses reprises pour ses idées et ses écrits. Il est assassiné en 1948 alors qu’il tente de fuir vers la Bulgarie.

Claire Corrion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *