Politique

«Que serait votre réaction si le parlement italien était bombardé ?»

Le président de la République Recep Tayyip Erdoğan s’est exprimé sur les derniers événements en Turquie à la chaîne italienne Rainews24 lors d’une interview accordée à Lucia Goracci :

« Je dois dire tout d’abord que cette structure (FETÖ) ressemble au loge (maçonnique) P2 en Italie.
Il y a là une structure criminelle cachée sous le couvert de la religion (islamique). »

« Les virus au sein des institutions doivent être nettoyés »

« Je vous pose la question : Que serait la réaction si le parlement italien était bombardé ? Mogherini
va-t-elle dire : comme le processus judiciaire va continuer ? Je suis inquiète… »

« La FETÖ s’est infiltré dans tous les niveaux de l’État, dans les forces armées, dans la police, la
justice et il faut nettoyer ces virus implantés dans les institutions turques. »

« Comment l’Allemagne va expliquer ? »

« Un meeting de démocratie contre le coup d’État a été organisé dimanche dernier à Cologne en
Allemagne avec une grande participation des citoyens d’origine turque. La cour constitutionnelle
allemande ne pas autorisé que je m’adresse à la foule via une téléconférence. Si les instances
allemandes ou la justice allemande prétendent être un Etat de droit, comment vont-elles justifier cet
empêchement ? »

« L’instance de décision dans les démocraties est la nation »

« Si le Parlement décide de rétablir la peine de mort, personne ne pourra contester car la nation
l’instance de décision dans les démocraties. Et le Parlement est le représentant de la nation. »

L’extradition de Gülen

A une question sur le rôle de Fetullah Gülen dans les événements du 15 juillet, Erdoğan a répondu:
« Il faut être sourd ou aveugle pour ne pas voir qu’il est derrière tout ça. Une chose très importante à
prendre en considération est le faite que ces personnes sont d’excellents menteurs. Par ailleurs, nous
avons officiellement inscrit cette organisation sur la liste des organisations terroristes de notre
fichier de Stratégie de Sécurité Nationale. Si nous vous demandons de nous rendre un terroriste,
vous devez nous le rendre […]. Nous n’avons pas de temps à perdre dans la lutte contre le
terrorisme. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *