International, Société

Quel monde ?

Seulement 1 % de la population détient 82 % de la richesse mondiale. L’année dernière, ces privilégiés ont ajouté 762 milliards de dollars à leur escarcelle. C’est-à-dire que les 3,7 milliards des plus démunis n’ont, l’an dernier, pas reçu un centime de cette richesse.

En d’autres termes, nous constatons que 42 personnes possèdent la moitié de la richesse mondiale.

Ce système déséquilibré génère donc un très petit nombre de riches et un nombre excessif de pauvres. Entre-temps, c’est le nombre de démunis qui augmente de façon exponentielle.

 

Quand la richesse est répartie d’une manière aussi injuste, le calcul du temps perdu dans la vie humaine est également significatif : dans toute sa vie, une personne passe en moyenne sept ans et huis mois devant la télévision. Manger et boire lui prend trois ans et cinq mois. Quant au temps passé sur les réseaux sociaux, il se limite à cinq ans et quatre mois.

Ce faisant, nous avons commencé à remettre en question la qualité de l’air que nous respirons. Eurostat, qui évalue les villes d’Europe en fonction de leur classement selon la qualité de l’air respirable, a placé Paris dans la deuxième catégorie avec 30 % de satisfaction. Dublin et Stockholm se classent en première et deuxième places avec respectivement 88 % et 77 %. Suit Berlin, la capitale de l’Allemagne, avec 71 % de satisfaction.

En résumé, il n’y a dans ce monde ni argent ni air frais à respirer !

* * * *

La population de la Turquie compte officiellement 80 810 525 habitants. Le pourcentage de résidents dans les villes a atteint 92,5 %. En bref, les villages se sont vidés.

L’ Étude des tendances sociopolitiques de Turquie, effectuée par l’Université Kadir Has, a révélé des résultats révélateurs concernant la vie culturelle et sociale en Turquie. Le Recteur, le Prof. Dr. Mustafa Aydın, a affirmé, en présentant les résultats de la recherche, que le peuple turc ne fait rien pour valoriser socialement ses loisirs : « Les taux de fréquentation au cinéma, au concert, au théâtre, sont trop bas pour être évalués. Les taux de ceux qui déclarent ne lire aucun livre sur une année sont très élevés. Il en est de même pour ceux qui disent qu’ils ne vont jamais au cinéma. Il est généralement admis que la société turque va aux matchs regarder le football ? Cela ne se confirme pas non plus. Même là, l’on constate des taux très bas. Il ressort de cela que les gens ne consacrent presque pas de temps à une quelconque activité sociale en dehors du travail et du foyer. »

Selon les résultats de cette étude, le taux de ceux qui affirment « Je ne lis aucun livre, je n’y touche même pas » s’élève à 53 %. Le taux de ceux qui disent « Je lis 4-5 livres par an » est de 25 %. Quant à ceux qui déclarent « Je lis 2-3 livres par an », ils ne sont que 20 %.

Toujours selon cette étude, le taux de ceux qui déclarent « Je ne vais jamais au théâtre » atteint 70 %, tandis que 40% des répondants affirment : « Je ne vais jamais au cinéma ».

Et voilà le monde dans lequel nous vivons !

Hüseyin Latif, directeur de publication

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *