Environnement

Quelle place accorde-t-on à l’environnement dans les médias ?

Les 4 et 5 mars derniers, l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF) a organisé un congrès scientifique à Monaco, autour de la thématique « Médias et environnement en Méditerranée ». A cette occasion, Hüseyin Latif, directeur de la publication​ au journal Aujourd’hui la Turquie, et Mireille Sadège, rédactrice en chef, sont venus débattre sur le thème de l’écologie et des médias.

Depuis plusieurs années, la question de l’écologie est de plus en plus présente dans les médias. A mi-chemin entre la COP21 de Paris et la COP22 de Marrakech, le symposium de Monaco revient sur le rôle de la presse et des médias dans la sensibilisation des opinions publiques vis à vis des défis de l’environnement.

Soutenu par le prince Albert II, très impliqué par la question environnementale, l’événement s’est focalisé sur le cas méditerranéen, berceau de nombreuses civilisations. Pendant deux jours, journalistes et acteurs des médias sont venus débattre et proposer des suggestions afin de renforcer le rôle de la presse autour de la problématique de l’environnement en Méditerranée. Ce travail a pour but de sensibiliser davantage les décideurs sur l’avenir de la planète, notamment en ce qui concerne la dégradation de l’environnement. Pour Patrice Zehr, Président de l’UPF-Monaco, « C’est indispensable pour la prise en compte par les Etats de cette cause commune avec l’exemple concret de la Méditerranée. »

© Gander Cransac

© Gander Cransac

Les membres d’Aujourd’hui la Turquie se sont penchés plus particulièrement sur la situation des médias à Istanbul et dans l’ensemble du pays. Notre directeur de la publication, M. Hüseyin Latif, a ainsi évoqué des problèmes tels que les conflits d’intérêts des grands groupes d’information en Turquie, le problème du financement des médias ou encore le rôle des médias dans le contexte de la crise écologique.

Avec ses « méga-projets » à Istanbul, la Turquie mène des chantiers néfastes pour l’environnement et la population stambouliote. La construction du troisième aéroport au nord-ouest d’Istanbul, qui deviendra le plus grand au monde, a pour conséquences le rasage de près de 660.000 arbres. Ceci intensifie la pollution en ville qui est déjà fortement confrontée au problème. Pourtant, la plupart des grands médias turcs ne thématisent ni ces problèmes environnementaux, ni l’opposition politique face aux projets du gouvernement d’Ankara.

Pour M. Latif, les Etats devraient d’avantage subventionner les organes de presse, afin que ces-derniers puissent travailler indépendamment et ainsi accomplir leur rôle socio-politique.

J.P. et R.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *