International, Politique

Réactions en France et à l’international après les attentats de Paris

Après les attaques meurtrières qui ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Paris, revendiquées officiellement par le groupe de l’Etat islamique, le président français a décrété l’état d’urgence et la fermeture des frontières. Outre les manifestations de soutien de la part des sociétés civiles et l’émotion relayée par la presse partout dans le monde, plusieurs dirigeants ont unanimement présenté leurs condoléances et leur soutien aux français après les attaques. En voici quelques extraits.

Flowers and candles are pictured near the Bataclan concert hall on November 14, 2015 in Paris, a day after a series of coordinated attacks in and around Paris. Islamic State jihadists claimed a series of coordinated attacks by gunmen and suicide bombers in Paris that killed at least 129 people in scenes of carnage at a concert hall, restaurants and the national stadium. AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Le 14 novembre, devant la salle de concert du Bataclan PHOTO AFP / FRANCK FIFE

L’Union européenne (UE)

Le lendemain des attaques à Paris, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE et les dirigeants de ses institutions ont vivement réagi dans une Déclaration commune lue par le Président du Conseil européen Donald Tusk. “Profondément choquée et en deuil”, l’UE souhaite faire “face à cette menace ensemble, avec tous les moyens nécessaires et une détermination sans faille”. Rappelant les valeurs françaises “de liberté, d’égalité et de fraternité ont inspiré et continuent [de l’] inspirer”, elle se dit “unie avec le peuple français et le gouvernement de la France. Cet acte terroriste méprisable atteindra l’objectif inverse de celui qui était recherché et qui était de diviser, de faire peur et de semer la haine.” Les signataires de la déclaration affitment qu’ils feront “ce qui est nécessaire” pour “assurer la sécurité de la France” et “vaincre l’extrémisme, le terrorisme et la haine.” Le communiqué qualifie le 13 novembre 2015 de “jour de deuil européen” et invite tous les européens à rejoindre une minute de silence en mémoire des victimes, ce lundi 16 novembre à midi.

Les dirigeants européens ont également adressé leurs condoléances individuellement au peuple français; en voici quelques extraits. David Cameron a été le premier à réagir la nuit des attentats. Le premier ministre britannique, a déclaré sur Twitter être « choqué par les évènements de Paris », ajoutant “Nos pensées et prières sont avec le peuple français. Nous ferons tout ce que nous pourrons pour aider”. Angela Merkel s’est elle aussi dite “profondément choquée” par des attaques “à l’évidence terroristes”, tandis que Mariano Rajoy a témoigné sa solidarité au Premier ministre français Manuel Valls dès vendredi soir. En Italie, Metteo Renzi a déclaré : “Ensemble avec nos frères français contre l’atroce, contre Paris et contre l’Europe”.

Quant à M. Juncker, le Président de la Commission européenne, après avoir dit son émotion et sa solidarité avec la France, il a estimé dans une déclaration plus tard que la politique européenne en matière de réfugiés resterait inchangée. « Ceux qui ont organisé et perpétré les attaque sont les mêmes que celles que fuient les réfugiés, et non l’inverse. Il n’y a nul besoin d’une révision globale de la politique européenne pour les réfugiés ».

 

Dans le monde

HOMMAGE14NOV

illuminations aux couleurs française en hommage aux victimes des attaques du 14 novembre 2015 à Paris

Ailleurs dans le monde, c’est Barack Obama qui a réagi le plus vivement, s’exprimant lors d’une allocation télévisée. Le président américain a qualifié les attentats qui ont visé la capitale “d’attaque contre toute l’humanité et nos valeurs universelles”, offrant que les Etats-Unis pour “traduire les terroristes en justice”. Le président russe Vladimir Poutine a condamné des attaques “inhumaines”.

Le président Erdoğan a lui aussi présenté ses condoléances lors des premières heures du G20 à Antalya, au lendemain du drame. « En tant que pays qui connaît parfaitement les manières et les conséquences du terrorisme, nous comprenons parfaitement la souffrance que connaît maintenant la France » a t-il déclaré, réclamant un consensus de la communauté internationale contre le terrorisme en tant que menace globale. Le Premier Ministre Ahmet Davutoğlu a quant à lui parlé d’attaques « qui ont visé l’humanité toute entière, (…), mais aussi contre la démocratie, la liberté et les valeurs universelles« . « La terreur n’a pas de religion, de nation », a t-il ajouté.

Les Premier ministres israélien Benyamin Netanhyaou et canadien Justin Trudeau ont eux aussi notifé leur solidarité, Justin Trudeau prônant une collaboration accrue avec la communauté internationale pour « aider à prévenir ces actes terribles et insensés ». Il est rejoint par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui insiste quant à lui sur “la nécessité pour la communauté internationale de s’unir pour faire face à ces attaques terroristes graves qui participent à la montée des tensions partout« . Alors que le président Rohani a annulé ses visites en France et en Italie, l’Iran a tenu à précisé que « Ceux qui ont perpétré ces crimes n’ont rien à voir avec l’islam, l’humanité et la morale”, demandant ”un front international uni (…) pour éliminer le terrorisme« .

La Chine a offert son aide à la France et à la communauté internationale pour intensifier la coopération en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. Enfin, le Premier ministre indien Nahrendra Modi s’est inquiété des nouvelles “angoissantes et effroyables. Nos prières vont vers les familles des défunts. Nous sommes unis avec le peuple de France en cette heure tragique« .

Au niveau des organisations internationales, le Secrétaire général des Nations-Unies Ban ki-moon s’est positionné “au côté du gouvernement et du peuple français”, qualifiant “des attaques terroristes méprisables”. Il a adressé ses « plus profondes condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés« . Déclaration du Conseil de Sécurité. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a quant à lui déclaré : « Nous demeurons forts et unis dans le combat contre le terrorisme. Le terrorisme ne vaincra jamais la démocratie ». Michaëlle Jean, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a elle aussi réagi dans un tweet : « Choc et consternation devant les attaques horrifiantes à Paris. Solidarité avec les autorités et le peuple français. Pensées pour les victimes ».

Seule voix discordante dans cet hommage unanime, le président syrien Bachar Al Assad a estimé que la politique française, et occidentale en général, avaient contribué à « l’expansion du terrorisme ». Et le chef de l’Etat de lancer « La France a connu ce que nous vivons en Syrie depuis cinq ans ». Assad a rappelé qu’il avait « averti » sur ce qui allait se passer en Europe il y a trois ans, et qu’il avait conseillé à l’époque aux Occidentaux de « ne pas prendre à la légère ce qui se passe en Syrie ». « Malheureusement, les responsables européens n’ont pas écouté »; a t-il ajouté.

En savoir plus sur les réactions françaises et internationales : RFI ou Ouest-France ou les Echos

En France

Le Conseil français du Culte musulman (CFCM), instance représentative de l’islam en France, condamne avec la plus grande vigueur des attaques « odieuses et abjectes« . Le Conseil appelle la Nation toute entière à l’unité et à la solidarité, craignant un accroissement des tensions et des amalgames.

Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Combadélis et la présidente du Front national Marine Le Pen ont tous deux annoncé la suspension de leur campagne électorale pour les élections régionales “devant l’horreur”.

Dans un communiqué commun, le président de l’Assemblée Claude Bartolone et tous les présidents des groupes politiques ont appelé à « l’union nationale »  pour « faire face à cette terrible épreuve ».

Enfin, le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, s’est exprimé dans un communiqué.Il soutien l’état d’urgence et la fermeture des frontières décrétés peu auparavant par françois Holland, ajoutant que « Les terroristes ont déclaré la guerre à la France. Notre réponse doit exprimer une fermeté et une détermination de chaque instant ». L’ancien président a également salué le « courage exemplaire » dont font preuve les forces de sécurité.

Avancées de l’enquête

Le bilan toujours provisoire fait état d’au moins 129 morts et 352 blessés. Depuis vendredi, plusieurs personnes ont été interpellées en France et en Belgique. “Plus de 150 perquisitions administratives ont été menées”, selon Manuel Valls, tandis que les enquêteurs étudient les connexions syriennes et belges de “trois équipes de terroristes” qui seraient responsable des attaques, d’après la justice.

Jeune Afrique relève que deux kamikazes identifiés dimanche – Bilal Hadfi et Brahim Abdeslam – résidaient en Belgique et sont de nationalité française. Sept personnes sont en garde à vue en Belgique, où l’enquête se concentre sur la commune bruxelloise de Molenbeek, considérée comme une plaque tournante des jihadistes en Europe. Le troisième kamikaze identifié, Omar Ismaïl Mostefaï, un Français de 29 ans fiché pour radicalisation par les autorités françaises en 2010, mais passé sous les radars depuis, a très vraisemblablement séjourné en Syrie entre 2013 et 2014. Bilal Hadfi y est aussi allé, selon une source proche de l’enquête, et la question se pose pour d’autres assaillants, identifiés ou en voie de l’être.

Le président français a reçu dimanche de nombreuses personnalités et leaders politiques à l’Elysée. Il devrait demander une prolongation de l’état d’urgence pour trois mois tandis que le G20 réuni à Antalya discute le renforcement des frontières. Par ailleurs, la France a riposté dimanche par un bombardement aérien massif des positions de l’Etat islamique à Raqqa, en Syrie.

Coralie Forget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *