International, Politique, Société

Recep Tayyip Erdoğan a prêté serment

Lundi 9 juillet, le président de la République turque Recep Tayyip Erdoğan a prêté serment à la Grande Assemblée Nationale de Turquie, mettant officiellement fin au système parlementaire au profit de l’avènement d’un système de gouvernance présidentiel.

Le 24 juin dernier, Recep Tayyip Erdoğan est sorti victorieux de l’élection présidentielle en remportant plus de 26 millions de voix (52% des suffrages).

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/recep-tayyip-erdogan-reste-pouvoir/

En prêtant serment ce 9 juillet, il est devenu le premier homme dans l’histoire de la République turque à occuper cette fonction dans le nouveau système politique du pays, approuvé de justesse par référendum le 16 avril 2017 et est entré en vigueur après l’assermentation du chef de l’État.

Lire aussi : http://aujourdhuilaturquie.com/fr/referendum-gagnant-president-pleins-de-pouvoir/

Après la cérémonie de prestation de serment, le président s’est rendu au mausolée d’Atatürk, fondateur de la République. Ce dernier a déposé une couronne de fleurs devant le mausolée, tandis que la délégation – composée du préfet d’Ankara, Ercan Topaca, du maire d’Ankara, Mustafa Tuna, du général Ali Sivri et du Commandant d’Anitkabir, le colonel Cuneyt Rakunt – a ensuite observé une minute de silence et a chanté l’hymne national.

À Anıtkabir, le chef de l’État a déclaré : « À l’aube de cet important tournant de notre République et de la démocratie, en tant que 12e président de Turquie et premier président du nouveau système présidentiel, je promets de renforcer l’unité et la fraternité de notre nation, de développer notre pays et d’élever notre État », avant d’ajouter : « Nous sommes déterminés à atteindre les objectifs de la République que vous [Mustafa Kemal Atatürk] et vos amis avez fondée et qui nous sont confiés par les futures générations ».

Dans une note de souvenir inscrite dans le cahier spécial d’Anitkabir, le président a écrit : « Nous promettons que nous renforcerons l’unité et la fraternité de notre peuple et que nous développerons notre pays. Nous sommes déterminés à réaliser les objectifs pour le centenaire de notre République [2023]. »

Le président s’est par la suite rendu au Palais présidentiel de Beştepe, à Ankara. Lors de son discours, qui a débuté par une prière et par des remerciements au peuple turc, Recep Tayyip Erdoğan a rappelé qui avait été élu pour la première fois avec l’intégralité du pouvoir exécutif, avant d’ajouter : « Nous adoptons maintenant un modèle qui va bien au-delà de notre quête de démocratie vieille de 150 ans et de notre expérience de la République depuis 85 ans ». Ce dernier a promis qu’il laisserait derrière lui un système qui « a fait payer à la Turquie un prix élevé, à cause de crises politiques, sociales et économiques qu’il a provoquées », mais aussi de mettre fin à une « période d’exclusion ». Enfin, il a déclaré que la nouvelle période qui s’ouvrait serait celle d’un « renforcement de l’État providence ».

Quelque 3000 personnes étaient conviées à cette cérémonie d’investiture au Palais présidentiel. Étaient présents plus de 50 dirigeants étrangers de haut rang, dont 22 présidents. Parmi eux, l’on comptait sur le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, le président géorgien Guiorgui Margvelachvili, le Premier ministre hongrois Victor Orban ainsi que l’émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani,

Le gouvernement du Parti de la Justice et du Développement (AKP) a publié une série de décrets d’harmonisation la semaine dernière à la suite des élections présidentielles et législatives du 24 juin afin d’intégrer le nouveau système dans la législation existante. Le 9 juillet, avant la prestation de serment du président, deux décrets ont été publiés. Ces derniers abolissent certains ministères existants et transfèrent leurs autorités aux ministères nouvellement créés et aux institutions connexes qui sont sous l’autorité du président.

En fin de journée, le président devrait annoncer la composition de son nouveau cabinet ministériel, qui tiendra sa première réunion vendredi, ainsi que le nom de ses vices-présidents.

Camille Saulas

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *