Politique

Recep Tayyip Erdoğan : Président et chef du parti au pouvoir

Les délégués du Parti de la justice et du développement (AKP) ont élu dimanche le président Recep Tayyip Erdoğan chef du parti lors d’un congrès extraordinaire dans la capitale.C’est la première fois dans l’histoire moderne de la Turquie qu’un Président est élu chef d’un Parti politique. En effet, selon la Constitution, un président ne pouvait ni être affilié ni diriger un parti politique. Cependant, le « oui » à 51 % des suffrages au référendum du 16 avril dernier a ouvert la voie à des réformes constitutionnelles et a permis au Président de pouvoir intégrer de nouveau l’AKP.

Au total, 1 414 délégués de l’AKP – des 81 provinces de Turquie – ont choisi le chef de l’État comme président du parti, un poste qu’il avait quitté pour être candidat aux élections présidentielles d’août 2014.

« Désormais, 998 jours plus tard, nous sommes encore ici ensemble, dans cette même salle », a déclaré M. Erdoğan devant des milliers de partisans qui se sont réunis au complexe sportif Arena d’Ankara.

Dans son discours au congrès qui l’a élu chef de l’AKP pour la cinquième fois depuis 2003, Recep Tayyip Erdoğan a promis des réformes.

L’état d’urgence ne sera pas levé, a souligné le Président Erdoğan : « Comment osez-vous demander quand l’état d’urgence sera levé ? Cela ne le sera que lorsque nous aurons retrouvé la paix et la prospérité ». Il a rappelé les défis auxquels l’État turc est confronté : mouvement séparatiste et terroriste kurde, FETÖ, etc.

Erdogan a souligné une nouvelle fois le manque de parole de l’Union européenne (UE) quant à la levée des visas. Il a déclaré qu’il appartenait à l’UE de décider si elle voulait améliorer les relations avec la Turquie en honorant l’ accord sur les réfugiés entre les deux parties, et en permettant enfin la libre circulation des Turcs dans l’espace Schengen.

Le président turc a qualifié le congrès de l’AKP d’un renouveau, signalant un « renouvellement rapide » dans les rangs provinciaux et municipaux du parti.

Au cours de la convention, les membres de l’AKP ont également modifié les règlements de ce parti politique. Un tel amendement a été l’insertion dans les statuts du slogan énoncé par le Président dans les discours publics « une nation, un drapeau, une patrie et un seul État ».

Sara Boudali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *