Automobile

Renault Alaskan : le pick-up embourgeoisé

Son nom trône sur la lunette arrière : Alaskan, prononcez ‘Alaskane’. Un patronyme qui suscite aussitôt des réminiscences de cette contrée extrême des États-unis. Évidemment, l’on pense immédiatement aux véhicules surdimensionnés qui sont monnaie courante sur le continent Américain. Heureusement, celui-là est aux dimensions européennes.

Au premier regard, on est d’emblée confronté à un pick-up surélevé, au gabarit musclé qui rappelle les monster trucks. La mention 4WD à l’arrière confirme bien cette impression, nous n’avons pas affaire à un jouet mais bel et bien à un engin qui invite à l’aventure hors des sentiers battus.

Le démarrage du monstre est à lui seul, une épreuve fascinante. Au moment où j’ai effectué une pression sur le bouton « Engine Start », un souffle impressionnant s’est déclenché sous le capot. Mes confrères ont pensé que la version de mon Alaskan avait été survitaminé par un V8. Pour le show off à l’américaine, les ingénieurs de chez Renault ont bien réussi le coup. Hélas, il ne s’agit que d’un quatre cylindres, 2.3 litres, de 190 chevaux.

SI VOUS NE LE FAITES PAS, L’ALASKAN LE FERA VOLONTIERS
Pour tester les aptitudes du pick-up de chez Renault, rien de tel qu’une piste de montagne, une montée rude, sol caillouteux, mouillé et une traversée de fleuve par des chemins étroits et sinueux.

Quand on arrive devant notre terrain de jeu, l’on hésite un court instant puis on active derechef le mode 4×4 grâce à une molette dédiée. Et hop, voilà l’Alaskan déjà parti à l’escalade. S’immisçant dans les chemins les plus chaotiques, grimpant littéralement des marches, la puissance et La dextérité de l’Alaskan résiste quel que soit le terrain. Ainsi, on appuie sur un bouton, et l’on bloque le différentiel des roues, et sur un autre pour maintenir sereinement le véhicule dans les descentes sans solliciter les freins. Tout est intuitif, le résultat semble bluffant, et le franchissement n’a jamais été aussi simple.A la question qui revient souvent : pourquoi un pick-up ? Parce que c’est hors du commun, ça passe partout, les enfants adorent ce format et les adultes l’aiment pour son côté fiscalement avantageux. Mais c’est surtout son aspect multi casquette, pour ne pas dire le couteau suisse de la voiture qui lui confère de nombreux atouts. On l’imagine très bien la semaine enfiler le costume d’utilitaire afin d’emmener les gars au chantier, tracter une invitation s’échapper. En effet, l’Alaskan est exonéré de taxes société et de malus. Un argument qui aura le mérite de faire craquer les plus écolos de l’auto. Et enfin, les amateurs de sensations fortes grimperont dans la benne pour profiter de la nature au plus près avec la meilleure vue panoramique.

Daniel Latif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *