Découverte, Gastronomie, Société, Tourisme

Au restaurant Soğan Sarmısak, Sevinç concocte des mets raffinés et savoureux préparés à la perfection

C’est un peu avant le coucher du soleil que nous arrivons au restaurant Soğan Sarmısak  (oignon ail), à Gümüşlük, l’une des communes de la ville de Bodrum. Il s’agit d’une maison en bord de mer, les tables sont dressées sur le sable et lorsque les vagues sont fortes elles viennent nous lécher les pieds. L’ambiance y est agréable et l’accueil très chaleureux. Dans un décor simple et très personnalisé, nous avons dégusté des plats savoureux, mon préféré étant la Dorade à l’ail et au thé vert. À la fin du repas, habillée d’une robe rouge, Sevinç, la cuisinière et propriétaire du lieu, nous rejoint. Cette enseignante linguiste qui passe la moitié de l’année en Suisse répond à nos questions dans un français parfait. Rencontre.

Parlez-nous des origines de restaurant Soğan Sarmısak ? 

Notre restaurant a ouvert il y a 16 ans. Nous habitions cette maison, que nous avons restaurée, depuis 30 ans. Nous y avons vécu des années fantastiques simplement avec le sable, le soleil et la mer. Un jour, nous avons constaté que nous retrouvions plus les goûts que nous avions tant aimés durant notre enfance dans les restaurants, nous avons donc décidé, accompagnés par ma mère, d’ouvrir la porte de notre maison qui est devenue par la suite ce restaurant d’une capacité de 50 couverts. Nous vivons toujours ici durant l’été.

Soğan Sarmısak n’est pas un restaurant classique. Nous avons commencé cette aventure avec ma mère en préparant des mets que nous aimions le plus. C’était donc complètement différent des plats que préparaient les autres restaurants. Nous avons toujours un petit menu qui propose des plats familiaux et authentiques. La plupart des recettes nous viennent de notre famille à Istanbul que nous agrémentons avec des produits de très grande qualité et c’est ce qui fait notre succès. Nos convives sont ravis de retrouver les goûts des plats que préparaient leurs grands-mères ou leurs mères quand ils étaient jeunes.

Pourquoi appeler votre restaurant « Soğan Sarmısak » ?

C’est ma sœur qui y a pensé, car l’on refusait de donner un nom à notre établissement qui ne soit pas turc. De plus, cela permet d’évoquer les ingrédients sains que l’on utilise dans la cuisine turque. Enfin, ce n’est pas un restaurant destiné à un groupe particulier, on désirait qu’il soit ouvert à tous. Ce nom réunit tout le monde, comme un foyer. Nous voulons rendre tout le monde heureux avec un goût, dont notre palet se souviendra.

Quand commence la saison et avec qui travaillez-vous ?

La saison commence début juin et finit en septembre. Je travaillais avec ma mère jusqu’à son décès, il y a deux ans. Je travaille aujourd’hui avec une ancienne et très bonne amie, c’est grâce à elle que j’ai pu continuer à travailler dans ce restaurant. C’est très important d’être bien entouré, d’ailleurs les membres du personnel sont là depuis des années, nous sommes une famille.

Qu’est-ce qui vous motive ?

C’est surement quand des clients me disent que c’est bon, que les saveurs les ont ravis. Ça permet d’évacuer la fatigue, d’autant plus que je suis seule en cuisine. Les plats sont cuisinés à 100% par moi, c’est la philosophie de cet établissement. J’applique mes recettes et mes nombreux secrets que je ne divulgue pas toujours.

Qu’en est-il de la transmission de votre savoir ?

Je donne des cours de cuisine individuels aux étrangers qui s’intéressent à la cuisine turque. Je veux faire connaitre la cuisine turque traditionnelle. De plus, je travaille depuis des années sur un livre concernant ce restaurant où l’on retrouvera notamment des recettes de plats que nous proposons, soit quatre plats chauds, des desserts et une quinzaine de mezze. C’est aussi un vecteur de savoir, bien que je garde précieusement quelques secrets. Par ailleurs, j’aimerais, à la fin de la saison touristique, donner des cours à des petits groupes d’étrangers ici, au bord de la mer, en anglais et en français.

Propos recueillis par Mireille Sadège

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *