Société

Restauration de la villa Hekimbaşı Salih Efendi

Vous vous souvenez probablement de ces images spectaculaires prises à Istanbul au printemps. Le 7 avril dernier, vers 16h, un pétrolier faisant route depuis la Russie vers l’Arabie saoudite était venu s’encastrer dans le manoir Hekimbaşı Salih Efendi situé sur la rive asiatique. En cause, un problème technique provenant du gouvernail de ce colosse de 225m. Aucune victime n’avait été à déplorer.

Crédit photo : Daily Sabah

La villa Hekimbaşı Salih Efendi, bâtisse du XIXe siècle, appelée Yali en turc, avait pour habitude d’accueillir des réceptions de mariages et d’organiser des concerts jusqu’au 7 avril, jour où un navire maltais avait détruit la façade du bâtiment. La villa est en cours de rénovation et sera restaurée dans son état d’origine.

Cet accident illustre la dangerosité des détroits turcs, qui font partie des voies navigables les plus dangereuses au monde selon les experts.

Le détroit du Bosphore, qui relie la mer de Marmara et la mer Noire, est particulièrement étroit avec des virages serrés. En forme de S, le canal est sinueux et rend la navigation des cargos difficile. Les accidents, comme celui du 7 avril, restent rares, mais leurs conséquences sont souvent désastreuses. En 2003, par exemple, un navire géorgien avait déversé 480 tonnes de pétrole en mer, après s’être échoué.

Le Bosphore est un passage stratégique pour le commerce et le tourisme. Il est l’un des axes les plus fréquentés au monde avec 50 000 passages par an. Le président Recep Tayyip Erdoğan souhaite désengorger et sécuriser la zone.

C’est le but de son « projet fou », comme il le décrit lui-même, qui prévoit la création d’un canal sur la rive européenne de la ville. À l’image d’un « second Bosphore », il ferait la liaison entre la mer de Marmara et la mer Noire, ce qui permettrait une réduction du trafic maritime sur le Bosphore.

Ce projet, d’une ampleur sans précédent en Turquie, devrait voir le jour en 2023. Selon les informations du ministère de l’Environnement, le canal aura une profondeur de 25m pour une largeur comprise entre 250 et 1 000 mètres. Avec « Canal Istanbul », la ville permettrait la traversée de 160 navires au quotidien.

Marie Boyenval

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *