Cinéma

Le retour des séries : bonne idée ou faux pas ?

Il est des moments où il fait bon d’être nostalgique. Quand soudain, arrive un petit brin de réminiscence qui nous permet de délaisser le spleen de ces séries télévisées qui nous faisaient tant rêver. Après tant d’années, certaines sitcom reviennent sur les écrans pour le plus grand plaisir des fans invétérés.

LA NOSTALGIE DES SÉRIES

Avec entre autres, Will and Grace, qui revient sur NBC le 28 septembre pour une nouvelle saison — après onze années d’interruption — en passant par la série Disney Phénomène Raven, dix ans plus tard, c’est le grand retour inattendu.
Tout comme le revival de la série familiale des années 90, La Fête à la Maison (Full House), avec les sœurs Olsen, qui a fait son grand retour sur Netflix dans une série intitulée La Fête à la Maison : 20 ans après.

De quoi attiser la curiosité et les souvenirs de nombreuses personnes. Tout comme la série Incorrigible Cory (Boy meets world) transformée dans une suite en Girl meets world (Le monde de Riley) par Michael Jacobs diffusée sur Disney Channel. La série Friends prépare également son retour dans un long métrage.

BONNE IDÉE OU RÉEL FAUX PAS ?

Cependant, il n’y a pas que les séries qui reviennent, les acteurs de ces dernières font plus ou moins leur retour, en exploitant le filon de leur personnage à travers une série éponyme, autrement dit, qui leur est spécialement dédiées. A l’instar de Joey, avec Matt LeBlanc qui décline l’histoire du personnage de Joey Tribbiani de la série Friends.
Si Friends a été un fabuleux tremplin pour de nombreux acteurs de la série, ce fut également le cas pour Courteney Cox, actrice principale de Cougar Town.

Doit-on faire du neuf avec du vieux ? Recycler des choses déjà vues ? Prenons l’exemple de la série Melissa & Joey, qui réunit Melissa Joan Hart, actrice principale de la série Sabrina, l’apprentie sorcière (Sabrina the Teenage witch) et Joey Lawrence dans la série Disney, Salut les frangins (Brotherly Love) qui illustre parfaitement le retour combiné de deux stars des soap opera étatsuniennes.

Il faut néanmoins pointer du doigt qu’aujourd’hui aucun producteur ne semble vouloir prendre le risque de produire et de renouveler ces séries qui pour eux « appartiennent bel et bien au passé » commente désabusé un producteur Hollywoodien. Sauf que le parti pris de croire que le passé peut aussi appartenir au présent constitue un véritable enjeu. Les fans seront-ils au rendez vous ? L’effervescence d’antan perdura t-elle toujours ? Les réseaux sociaux, les fans page et le nombre de saisons, d’épisodes d’une série disponible sur des sites de téléchargement plus ou moins légaux, les fameux sites de streaming, etc. — qui constituent à eux seuls un véritable musée d’archives audiovisuel pouvant faire envier celles de l’INA — sont un baromètre des plus fiables et témoignent de l’engouement toujours ardent des téléspectateurs.

L’ABANDON DE LA MAGIE AU PROFIT DE L’ÉCONOMIE

Néanmoins, certains professionnels des séries ne veulent plus y croire. Prétextant l’argument financier, mettant alors de côté tout le génie artistique ainsi que créateur et prônant une idéologie économique. Il ne reste plus qu’aux acteurs de ces séries à se battre eux mêmes pour faire revivre leur petit bébé.

C’est le cas de Fran Drescher, l’actrice principale de la série Une nounou d’enfer (The Nanny) qui, après avoir relancé la série Du côté de chez Fran (Living with Fran), se bat toute seule et en appelle aux internautes via son compte Twitter afin de relancer la série Une nounou d’enfer avec le même casting initial. Faisant fi du déclinisme et la désertion des producteurs, elle a donc décidé de lancer un appel aux fans de la série afin de manifester leur enthousiasme.

Une situation également vécue par Tia Mowry, une des actrices principales de la série Sister Sister qui a laissé sous entendre qu’elle souhaitait le retour de la série mais qu’elle cherchait des producteurs. Un appel du pied, qui, on l’espère, fera son bout de chemin.
En France, une rumeur court sur un éventuel retour de la série H avec Jamel Debbouze ainsi que Eric et Ramzy.

Cependant, le cinéma et les séries télé ne transcenderaient-il pas tous les préjugés pour faire vivre et perdurer une certaine magie complètement bafouée par ces petits conflits ? Une situation qui nous ramène bel et bien à une triste réalité, à savoir que la production audiovisuelle est aujourd’hui plus un business que de l’art et où les business plans passent avant les scénarios.

Charlotte Lelouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *