Politique

Réunion multi-partisane historique au Palais présidentiel d’Ankara

Plus tôt dans la journée, le président turc Recep Tayyip Erdoğan ainsi que son Premier ministre, Binali Yıldırım, recevaient pour la toute première fois au Palais présidentiel d’Ankara Kemal Kılıçdaroğlu et Devlet Bahçeli, respectivement chefs des partis de l’opposition du CHP (sociaux-démocrates) et du MHP (nationaliste). À l’agenda : la tentative de putsch du 15 juillet dernier, que tous avaient unanimement dénoncée.
4'lü toplantıCumhurbaşkanı

La réunion ayant duré près de trois heures était historique. Symbole d’une certaine unité de la classe politique à la suite du putsch avorté du 15 juillet dernier, les hommes politiques ont notamment abordé les questions de la sécurité, de l’économie et de l’élaboration d’une nouvelle constitution (un projet qui était d’actualité bien avant la tentative de coup d’État).

« Durant la réunion, des mesures ayant pour objectif la liberté, la sécurité et le bien-être de notre nation – qui est unie par la démocratie et par l’État de droit – ainsi que l’état d’urgence, les travaux en vue de la nouvelle constitution et des politiques économiques ont été évaluées », a déclaré Bİrahim Kalın, porte-parole du président.

Il est toutefois à noter que, malgré les ambitions d’unité avancées, Selahattin Demirtaş, co-chef du HDP (parti pro-kurde ayant obtenu près de 11% des voix lors des dernières élections), n’était pas convié à cette réunion.« Cela démontre que les problèmes en Turquie ne seront pas résolus facilement et qu’ils n’ont pas encore compris ce que les putschistes essaie de faire. L’approche de laisser la résolution de l’enjeu kurde aux soldats et à l’armée est ce qui a provoqué le coup », s’est indigné Demirtaş avant d’ajouter : « Les approches qui excluent, ou qui visent le HDP devraient être perçues comme causant le plus grand tort au peuple turc ».

Rappelons que les relations entre le régime actuel et les Kurdes dans l’est du pays sont plus tendues que jamais, après la rupture du cessez-le-feu l’été dernier. Comme quoi l’unité transpartisane peut connaître des limites.

Yasmine Mehdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *