Cinéma

Salaud, on t’aime : la meilleure séance de Claude Lelouch

Salaud on t'aimeSalaud, on t’aime ! Non, non, cette phrase ne s’adresse à personne, en revanche c’est bel et bien le titre du nouveau long métrage de l’emblématique réalisateur Claude Lelouch qui signe son quarantième film en ayant pour thème la famille. Bien loin de vouloir faire une adaptation de son film Itinéraire d’un enfant gâté, le personnage principal qu’il décide de créer ici, rêve de réunir sa famille et non pas de la fuir. Et pour cause, Claude Lelouch met en scène un photographe de guerre Jacques Kaminsky, joué par Johnny Hallyday qui s’est plus occupé de son appareil photo que de ses quatre filles. Ce dernier décide alors de s’installer dans les Alpes avec sa nouvelle compagne laquelle est interprétée par Sandrine Bonnaire. Pourtant sa vie va basculer le jour où son meilleur ami médecin joué par Eddy Mitchell va tenter de le réconcilier avec sa famille en racontant un mensonge qui pourrait bien avoir un impact terrible et irréversible.

LELOUCH VÉRITABLE PEINTRE, POÈTE, VOIRE MAGICIEN

Salaud on t'aimeCette fois-ci, Claude Lelouch a décidé de réunir ses vieux copains avec le fameux duo Mitchell/Hallyday que l’on a le plaisir d’entendre chanter ensemble. Si l’amitié joue un rôle important pour le cinéaste il constitue une roue de secours à l’amour.
Thème tout aussi important pour Lelouch qui devient pratiquement un leitmotiv dans ses films. Effectivement, si l’on a encore tous en tête son remarquable film Un homme et une femme, les histoires d’amour passionnantes et exaltantes ravissent le réalisateur comme celle entre le photographe et sa nouvelle compagne Nathalie.

Pourtant ce n’est pas Deauville qu’il choisit comme décor, mais plutôt la montagne qu’il prend en toile de fond. Les paysages remplacent alors les mots, La caméra en plan fixe filme ce cadre idyllique entouré de faune et de flore. L’on pourrait même qualifier le tout de paysages bucoliques de sorte à ce qu’ils s’apparentent à de véritables tableaux. Claude Lelouch retire alors sa casquette de cinéaste et enfile celle de peintre, de poète voire de magicien qui propose une atmosphère naturelle grandiose.

UN FILM AUTOBIOGRAPHIQUE ? LA SIGNATURE MÊME DU CINÉASTE

Salaud on t'aime Johnny HallydayLa patte de Claude Lelouch semble être mise à nu au fur et à mesure du film. En effet, grâce à sa fameuse technique de caméra d’épaule que l’on pourrait assimiler d’amateurisme mais qui ne révèle qu’en vérité l’âme et la signature même du cinéaste, le spectateur est alors tenté de devenir un personnage. Les plans sont extrêmement travaillés et le génie de Lelouch réside dans sa capacité à faire le moins de dialogues possible entre les personnages, pour leur laisser une grande liberté, pour qu’ils puissent exprimer au plus près de la réalité leurs sentiments et leurs émotions. Et ça fonctionne ! Tous les acteurs sont attachants, fascinants et brillants. Fiction ou réalité Claude Lelouch sait brouiller les pistes, et cette ambiguïté se prolonge dès lors que l’on a connaissance de certains éléments de la vie de Claude Lelouch. S’agit-il d’un film autobiographique ? Le doute persiste puisque ce n’est sûrement pas un hasard s’il a choisi photographe de guerre comme profession pour son personnage clef. Claude Lelouch était lui-même reporter et cameraman au Service Cinématographique des Armées. L’on pourrait aussi se demander pourquoi a-t-il choisi de mettre en scène quatre filles ? Ces dernières font-elles références à ses quatre filles qu’il a lui-même eu avec des femmes différentes. Tout comme Jacques, ce réalisateur a eu de nombreuses histoires amoureuses. Essaierait-il de représenter une partie de sa vie comme une sorte de psychanalyse ? Message codé ou non ce film regorge de symboliques fortes.

L’hypothèse la plus probable serait de dire que Claude Lelouch c’est Jacques. Néanmoins l’œil du réalisateur se trouve peut-être à travers l’aigle qui protège le domaine acheté par le personnage principal. En effet, cet animal majestueux est omniprésent, il observe chaque détail. Métaphore, allégorie ou réincarnation le doute persiste.

LELOUCH ALLUME LE FEU !

Johnny Hallyday Claude LelouchSi l’on s’attache à tous ces personnages mais principalement à Jacques, vieux loup difficile à apprivoiser, c’est grâce au talent de Johnny Hallyday remarquable acteur qui n’excelle pas que dans le chant mais aussi dans une autre profession tout aussi honorable. Véritable virtuose, il connaît le secret pour nous transporter avec lui. Toutefois, la vie n’est qu’un polar et Claude Lelouch arrive à retourner ce film qui d’apparence était une invitation au bonheur, en pure tragédie. Et pour cause la fin sonne comme un coup de tonnerre créant ainsi une atmosphère lourde et pesante laquelle est renforcée par un paysage enneigé qui au début était ensoleillé. Ce temps qui passe, ces saisons qui trépassent, et ce rebondissement de fin, sonnent comme une sincère leçon de vie, comme si elle ne tenait à pas grande chose sans doute qu’à un fil. Lelouch nous prend par les sentiments, il nous émeut au plus profond de nous-mêmes. Il nous ramène à notre commun de mortel et nous glisse un conseil, celui d’être heureux et de profiter de chaque moment avec les gens que l’on aime car cela n’est pas éternel.

UN HYMNE À LA VIE

Salaud on t'aime Quatre saisonsCependant, la fatalité n’est pas un motif propre au cinéaste, c’est pourquoi ce nouveau long métrage sonne comme un hymne à la vie où la gaieté est partout et cela se comprend dès lors que l’on a l’audace de saluer le choix admirable de la musique. Armstrong, Fitzgerald et Moustaki… tous participent au dynamisme du film. Mais la véritable intelligence a été de revisiter la symphonie des quatre saisons de Vivaldi. En effet, c’est Francis Lai et Christian Gaubert qui s’y sont attaqués en transformant les mots en musique et en créant La symphonie du temps qui passe.

Ce nouveau long métrage aborde d’une extrême justesse les thèmes de l’amour, de l’amitié, du bonheur ainsi que sa quête. Riche en émotions, ce film est bouleversant, poétique mais surtout beau. Parfois critiqué pour ces nombreux films, le talent du cinéaste est indéniable et incontestable. La seule petite remarque à faire serait de recommander au réalisateur de continuer à captiver le spectateur car le grand cinéma ne mérite pas de s’arrêter.
Salaud, on t’aime c’est définitivement du grand Lelouch !

Salaud, on t’aime Sortie en salles le 2 avril.

Charlotte Lelouch

1 Comment

  1. Wuestemberghs Francine

    Bravo M. Lelouch pour ce film magnifique basé sur les vraies valeurs de la vie. Merci Johnny, Eddy et Sandrine pour ces moments extraordinaires, extrêmement émouvants, bravo à tous les acteurs et actrices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *