Art, Découverte, Société

SALT Beyoğlu : Les scintillements de l’univers

Découvrez le second volet de la série de l’exposition « Conversations » : « The Universe Flickers ». À l’initiative d’Annie Fletcher, conservatrice du Van Abbemuseum (Pays-Bas), et soutenue par l’Institut néerlandais en Turquie, l’exposition a ouvert ses portes le 12  septembre au centre d’exposition SALT de Beyoğlu (Istanbul).

Navine G. Khan-Dossos, Scenes from a Pre-Crime (Performance for Security Guards), 2018

Anna Boghiguian, Rana Hamadeh, Navine G. Khan-Dossos et Merve Ünsal se penchent sur l’image que nous avons du présent afin d’inventer et de nommer un futur possible alors que les concepts tels que la souveraineté, le genre, ou encore la technologie sont reconfigurés.

L’exposition, qui emprunte son titre d’un chapitre du roman de science-fiction de Cixin Liu « The three-Body Problem » (2014), porte un autre regard sur l’histoire et le futur en transcendant les limites de l’expérience humaine et en remettent en question notre compréhension, notre interprétation et notre perception du monde.

Par leurs travaux, les artistes abordent les limites de nos connaissances, l’imperfection des témoignages et la possible manipulation de l’histoire.

Les peintures et les dessins d’Anna Boghiguian, artiste arménienne qui a étudié les sciences politiques, questionnent les conditions géopolitiques actuelles afin de dénoncer une forme actuelle d’aliénation.

Anna Boghiguian, How Minds Are Made, 2017-2018

L’œuvre de Rana Hamadeh, artiste libanaise vivant aux Pays-Bas, se penche sur la notion de témoignage afin de jeter la confusion sur l’idée de la centralité de la notion de citoyenneté.

Rana Hamadeh, The Ten Murders of Josephine (The Tongue Twister), 2017-2018

Quant à la peinture murale monochromatique de l’artiste britannique Navine G. Khan-Dossos, elle induit l’idée que tout incident ou crime peut se produire dans l’espace public comme privé.

Navine G. Khan-Dossos, Scenes from a Pre-Crime (Performance for Security Guards), 2018

Enfin, la stambouliote Merve Ünsal utilise les seuils de nos demeures, en les positionnant dans de doubles dualités, afin de nous pousser à nous questionner littéralement et métaphoriquement sur notre position d’occupant.

Merve Ünsal, Outside Instead of Before, 2018

Une exposition incontournable qui se tiendra jusqu’au 30 décembre !

Camille Saulas

Photo: Mustafa Hazneci et Gamze Cebeci

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *