International, Politique

Sassou-Nguesso : une présidence à vie ?

Denis Sassou-Nguesso a été réélu Président de la République du Congo avec plus de 60% des voix. Celui qui cumule déjà plus de 32 ans de de pouvoir à la tête de son pays est donc reconduit pour cinq ans de plus dès le premier tour électoral. L’opposition conteste son élection et dénonce une « fraude massive ».

Denis_Sassou_Nguesso_2014

Cela fait plus de 32 ans (1979-1992 et 1997-aujourd’hui) que Denis Sassou-Nguesso dirige son pays, la République du Congo. Hier soir, il a été réélu avec plus de 60% des voix dès le premier tour et pourra ainsi rajouter cinq autres années à son règne. Privé depuis plus de quatre jours de télécommunications, les congolais ont appris la réélection de Sassou-Nguesso à la télévision nationale vers 3h30 du matin. Selon les résultats officiels, le Président sortant atteint 60,39% des voix, tandis que Guy-Brice Parfait Kolélas arrive deuxième avec 15,05% devant le Général Jean-Marie Michel Mokoko qui obtient 13,89% des suffrages.

Outre le blocage des télécommunications, le gouvernement congolais avait coupé le service SMS, ainsi qu’Internet et le téléphone à la veille du scrutin. La raison avancée : la « sûreté nationale » pour empêcher l’opposition de publier elle-même les résultats, ce qui serait considéré comme une « illégalité ». En octobre dernier, le Président, âgé de 72 ans, a fait changer la Constitution pour pouvoir se représenter. Déjà à ce moment, ses opposants dénonçaient « un coup d’Etat constitutionnel ».

Remise en cause du résultat

Suite à l’annonce des résultats électoraux, les candidats Mokoko et Parfait Kolélas ont annoncé qu’il s’agissait là d’un « fraude massive ». En effet, outre une possible fraude électorale, le déroulement de la campagne présidentielle n’a pas vraiment été exemplaire. Les opposants de Sassou-Nguesso contestent donc l’issu du scrutin mais ne comptent cependant pas « entrer dans une épreuve de force » avec le gouvernement.

Denis Sassou-Nguesso quant à lui estime que le peuple congolais « avait pris son destin en main ». Selon lui la campagne électorale a été marquée par un « débat démocratique (…) très ouvert ». L’ancien et nouveau Président passera donc cinq ans de plus à la tête de la République du Congo. En 2021, à 77 ans, il aura pratiquement passé la moitié de sa vie à la présidence de son pays, soit plus de 37 ans.

Raphaël Schmeller

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *