Culture, Découverte, Société

Une scientifique turque reçoit le Prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science

Cette année, le Prix L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science a été attribué à la jeune scientifique turque Duygu Sağ pour ses travaux sur le cancer et le système immunitaire. Lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au siège de l’UNESCO à Paris, cette jeune scientifique a déclaré « Je rêve d’un monde sans cancer et j’ai l’intime conviction qu’un jour cela arrivera ».

Crédit photo : Hürriyet Daily News

Ce 22 mars, à l’occasion de cette nouvelle édition du programme L’Oréal-UNESCO dédié aux femmes scientifiques, la chercheuse de 37 ans a été honorée pour ses travaux lors d’une cérémonie qui s’est tenue au siège de l’UNESCO à Paris.

Ayant perdu son père d’un cancer lymphatique, sa grand-mère et sa tante du cancer de l’ovaire, elle a reconnu lors de la cérémonie de remise des Prix qu’« avec les connaissances que nous avons actuellement, il n’est pas possible de vaincre le cancer demain », mais elle n’en demeure pas moins optimiste : « nous pouvons découvrir quelque chose qui pourra tout faire changer; c’est pourquoi j’ai de l’espoir. Demain, il est possible de découvrir quelque chose, et des portes complètement différentes peuvent s’ouvrir à nous », a souligné Duygu Sağ avant d’ajouter : « Mon rêve est un monde sans cancer, et je crois que cela arrivera un jour ».

Le prix décerné par L’ORÉAL et l’UNESCO apporte son soutien aux femmes scientifiques du monde entier depuis 20 ans. Chaque année, 15 femmes scientifiques de moins de 40 ans contribuant au développement de la science reçoivent ce prix. La sélection se fait parmi 275 chercheuses dans 117 pays différents. Ainsi, cette année, L’Oréal a décerné un prix d’un montant de 15.000 euros pour le Dr. Duygu Sağ, professeure à l’Université 9 Eylül et chercheuse au laboratoire de recherches Izmir Biyotip et au centre de recherches Genom. La scientifique remettra son prix à son laboratoire de recherche. Le Dr. Sağ a participé à l’évènement en compagnie de son époux Gerhard Wingeuder ainsi que son fils Deniz âgé de 2 ans et demi.

La jeune scientifique soutient particulièrement l’immunothérapie. Ainsi, elle explique que le traitement du système immunitaire sera à l’avenir la principale méthode de traitement du cancer et propose de l’espoir en ce qui concerne le traitement du cancer de la vessie, de l’ovaire, du sein et de la prostate. Dans son laboratoire, elle consacre ses recherches aux cellules du système immunitaire afin de les transformer en cellules combattantes.

La scientifique a expliqué le 22 mars que « chaque jour, nous avons de petites tumeurs dans notre corps. Et nos cellules immunitaires détruisent les tumeurs sans leur donner l’occasion de grandir et de se transformer en cancer. Mais les cellules cancéreuses sont très intelligentes. Elles essaient de neutraliser les cellules immunitaires et de leur échapper. Cependant, nous avons une force que nous ne mobilisons pas actuellement dans notre système immunitaire pour combattre le cancer. »

Tülin Ağaç

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *