Découverte, Economie, Environnement, Gastronomie, Société

Seferihisar, une ville du bien-vivre

Le retour des beaux jours courant avril m’a donné envie de m’échapper quelques jours de la grande ville où je vis pour retrouver la nature désormais rare dans nos villes envahies par la folie de la construction.

Je me suis donc rendu à Izmir pour ensuite visiter les villes réputées pour être « vertes » comme Urla Şirince. La veille de mon départ, j’ai découvert dans le journal une annonce portant sur les festivités qui se dérouillaient dans une commune près d’Izmir et qui s’intitulaient « Tohum Takasi » (troc de graines). À mon arrivée à Izmir, j’ai contacté les services de la municipalité pour m’informer sur cet événement. Grâce à leur accueil, j’ai pu non seulement assister au troc de graines, mais j’ai également découvert une destination où il fait bon vivre : Seferihisar.

À environ 50 km d’Izmir, depuis 2009, cette commune est la première ville Citta Slow ou « ville lente ». Ce titre est attribué par un comité basé en Italie aux communes de moins de 50 000 habitants qui veillent à la préservation de leur architecture, de leur culture et des traditions locales face à la mondialisation. L’un des principaux objectifs de Citta Slow est de contribuer à la pratique quotidienne de l’éco-gastronomie afin de développer le Slow Food.

La principale activité économique de Seferihisar est l’agriculture, 80% des habitants en vivent (olive, clémentine et artichaut), mais aussi, dans une moindre mesure, la pêche et le tourisme.

La municipalité de Seferihisar organise depuis huit ans l’événement « Faire vivre les graines locales », qui a eu lieu cette année le samedi 31 mars. Les festivités se sont déroulées sur la place du marché d’Ürkmez. D’un côté, plus de 100 stands ont été installés afin de procéder à l’échange de graines. De l’autre, les résidents des communes voisines vendaient des produits locaux ainsi que les spécialités culinaires préparées par les habitants. L’initiateur de ce projet est le maire de la ville, Monsieur Tunç Soyer, un fervent défenseur du « développement local ». Depuis, de nombreuses villes ont adopté ce projet. Cette année, 13 municipalités de Turquie se sont adonnées au troc avec des graines originaires de leurs régions. La huitième édition du troc des graines fut une réussite. Elle a réuni de très nombreux participants et visiteurs tandis que des centaines de milliers de graines locales ont été échangées dans une ambiance festive.

La municipalité de Seferihisar multiplie ses actions pour les petits producteurs locaux afin qu’ils puissent gagner leurs vies grâce à l’agriculture paysanne et familiale. Par ailleurs, des associations et coopératives sont créées afin de constituer des marchés sans intermédiaires où chacun peut avoir son propre stand dédié à la vente de ses produits agricoles ou artisanaux.

Aussi, la ville est désormais réputée pour ses marchés de producteurs locaux dont le plus connu est celui de Sığacık. Dans ce marché qui se tient tous les dimanches dans les rues et autour de la marina de Sığacık, vous trouverez un très grand choix d’aliments allant des confitures aux plats cuisinés en passant par les pâtisseries, sans oublier les fruits et légumes produits sur place ainsi que des produits artisanaux. J’ai constaté en me promenant dans le marché que  la grande majorité des étals étaient tenus par des femmes et que la qualité des aliments proposés était excellente.

 Mireille Sadège

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *