Culture, Découverte, Société

Selçuk Altun et la grive

Beaucoup de choses dans la vie dépendent du hasard : se rencontrer dans le métro, dans le ferry… D’où la citation : « se trouver au bon endroit au bon moment ». Penser à quelque chose, intentionnellement ou involontairement, l’exprimer puis voir cette pensée se réaliser…

À la mi-octobre, quand je me retirais le soir dans ma chambre, ceci m’est venu une ou deux fois à l’esprit : Selçuk Altun et Orhan Pamuk vont sortir un nouveau livre ces jours-ci… Ces deux écrivains, je dois les inclure dans mon programme de travail.

C’est ainsi que, avec la nouvelle de la parution de l’œuvre de Selçuk Altun, intitulée Ardıç Ağacının Altında (Sous le genévrier), ce qui m’était venu à l’esprit s’est réalisé.

C’était la nuit. Les librairies étaient fermées et j’étais impatient. J’ai d’abord voulu obtenir des informations sur internet à propos du genévrier. Mais, hélas, impossible de se connecter à Wikipédia !

J’ai essayé de rassembler des informations provenant d’autres sites internet, mais aussi de ce que j’avais retenu du cours de botanique en première année à l’université : Ardıçkuşu et Ardıç Ağacı, c’est-à-dire la grive et le genévrier…

En plus de devoir attendre le lendemain, il fallait aussi que je patiente avant l’ouverture du magasin des éditions de Türkiye İŞ Bankası Kültür Yayınları à Kadıköy.

* * * *

La dernière œuvre de Selçuk Altun commence par un extrait de Wikipédia : « Genévrier : Juniperus est une espèce d’arbre de la famille des Cupressacées. Sa reproduction est liée à une autre espèce. Ainsi, les graines tombées sur le sol ne germent pas tant qu’elles n’ont pas été mangées par une grive. Le processus de germination commence lorsque les coquilles des graines, qui se sont ouvertes dans le tube digestif des oiseaux, se mêlent à la terre avec les excréments.

Le genévrier est une plante considérée comme sacrée, sa durée de vie est longue. Ses graines sont également utilisées dans le traitement de nombreuses maladies et pour donner de l’arôme et du goût aux aliments. »

* * * *

Lors de son interview avec le journaliste Eray Ak, dans le supplément « Livres » de Cumhuriyet, Selçuk Altun déclare apprécier Patrick Modiano, un écrivain français et lauréat du Prix Nobel de Littérature 2014. Il a également expliqué que, pour écrire son dernier livre, il s’est rendu à Tirebolu, Samsun, Eskişehir, Urfa, Bruges, Colmar et Gênes.

* * * *

En 2014, dans mon article intitulé « Tenir un journal », j’avais écrit que Selçuk Altun était un écrivain qui tenait un journal intime :

« Selçuk Altun, auteur de Le ‘Sultan de Byzance’, est à la recherche des traces des héritiers de l’empereur de Byzance qui ont perdu la vie lors de la prise de Constantinople par Fatih Sultan Mehmet II, aussi appelé Mehmet le Conquérant. Un beau roman historique qui, en le lisant, nous met à la place de Scholarius Gennadius ou encore à celle de Constantin XI Paléologue. Altun écrit le premier jeudi de chaque mois dans le supplément Livres de Cumhuriyet (Kitap eki), et ce mois-ci je fais comme lui… je tiens un journal : Après avoir poussé un coup de gueule envers Paris et les parisiens (tf1.fr, 2 janvier 2014) Scarlett Johansson, l’actrice américaine, était l’invitée de la cérémonie des César 2014 pour recevoir un prix d’honneur récompensant l’ensemble de sa carrière. Et selon les Twittos, celle-ci semblait morte d’ennui (Meltybuzz.fr, 1er mars 2014). »1

Je sens déjà que mes lecteurs sont impatients de lire le livre en français.

Hüseyin Latif, directeur de publication

 

 

1 Comment

  1. Chaptal

    Cher Hüzeyin,
    Fervante lectrice d’Oran PAMUK (quelque chose d’étrange en moi!) depuis plusieurs années, j’ai cherché le livre de Selçuk ALTUN (sous le genévrier) mais je ne le vois pas encore à la FNAC ou sur Amazon. Savez-vous où et quand il sera disponible en français?
    Merci à l’avance.
    France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *