Art, Culture, Société

Semavi Eyice nous a quittés

Le spécialiste turc de l’art byzantin et ottoman, Semavi Eyice, est mort à l’âge de 96 ans.

Historien d’art et archéologue, Semavi Eyice est décédé le 28 mai à l’hôpital de formation et de recherche de l’université de Maltepe.

Né à Kadıkoï (Istanbul) en 1923, il a passé son enfance et son adolescence à Istanbul.  Durant la Seconde Guerre mondiale, il se rend en Allemagne pour y apprendre la langue. Mais c’est à Vienne, en Autriche, qu’il suivra les cours de célèbres archéologues, historiens et historiens de l’art. De retour à Berlin en 1944, il y poursuit ses études avant de se trouver dans l’obligation de quitter la ville pour rejoindre le Danemark puis la Suède.

En 1945, Semavi Eyice retourne dans sa ville natale et entreprend des études en histoire de l’art à l’Université d’Istanbul. Il obtiendra son diplôme en 1948 avec une thèse portant sur les minarets d’Istanbul. En 1952, il obtient son doctorat et est nommé professeur associé en 1955.

Celui qui s’était spécialisé dans l’étude de l’art byzantin et ottoman a fondé le département d’art byzantin de l’université d’Istanbul en 1963. Il était considéré comme l’un des pionniers dans la recherche sur l’art byzantin en Turquie.

Semavi Eyice a publié pas moins de 15 livres et 500 articles scientifiques sur l’art byzantin bien entendu, mais aussi sur l’histoire, l’art et la littérature islamique, turque et ottomane. Parmi ses travaux, l’on peut citer Istanbul, Petit guide à travers les monuments byzantins et turcs (1955), Recherches archéologiques à Karadağ et dans la région de Karaman (1971), ou encore Écrits d’Istanbul (1992) et Quelques villes byzantines en Cilicie Tracheia (1981).

Chercheur aux multiples facettes, il a étudié aussi les peintres étrangers et fut membre de plusieurs fondations dédiées à la recherche, dont l’Institut archéologique allemand. Professeur et archéologue, il a dédié toute sa vie à l’art et à l’archéologie des époques byzantines et ottomanes.

Si en 1955, il reçoit la Légion d’honneur de l’Académie de France ainsi que le Prix de l’Académie turque des sciences, Semavi Eyice se voit octroyer par le président turc Abdullah Gül le Grand Prix de la culture et des arts de la présidence en 2011. Il sera nommé professeur émérite en 1990.

 Le 30 mai, c’est à la mosquée Fatih d’Istanbul qu’une cérémonie se tiendra afin de rendre un dernier hommage à celui qui a tant apporté à la recherche historique en Turquie.

Camille Saulas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *