Société, Sport

Şenol Güneş

Meilleur entraîneur de l’UEFA en 2002 et actuel coach de Beşiktaş, Şenol Güneş a été nommé sélectionneur de l’équipe nationale, ce qui n’a pas manqué de susciter le débat au sein des médias turcs et chez certains supporters. Plusieurs journalistes reconnus tels Erman Toroğlu, Serkan Korkmaz, ou encore Turgay Demir portent un regard critique sur cette nomination.

Penchons-nous sur la carrière de celui qui vient d’être nommé pour la seconde fois à la tête de l’équipe nationale.

Şenol Güneş est né en 1952 à Trabzon. Professeur dans un collège, il a joué pendant 15 ans à Trabzonspor où il fut sacré six fois champion. Şenol Güneş a remporté à quatre reprises la seconde place de la Ligue de Turquie et fut titulaire au sein de l’équipe nationale 34 fois. Après sa carrière de footballeur, il est devenu un entraîneur emblématique de Turquie. Il a travaillé avec plusieurs clubs turcs, mais aussi pour le club FC Séoul (Corée du Sud) entre 2007 et 2009.

En 2002, l’équipe de Turquie, sous sa direction, arrive troisième à la Coupe du monde ; une prouesse qui se répétera en 2003 lors de la Coupe des confédérations ; des places que l’équipe nationale n’avait encore jamais réussi à atteindre.

Après quatre années de succès, deux titres de champions et trois participations à la Ligue des champions de l’UEFA à la tête de l’équipe de Beşiktaş, il vient de signer un contrat avec la fédération de football turc pour quatre ans afin de préparer l’équipe nationale à la Coupe du monde de 2022.

Désormais, nous assistons à des débats virulents dans les médias entre commentateurs sportifs. Certains soulignent que Şenol Güneş ne s’entendait pas avec Fikret Orman, président du club Beşiktaş, quand d’autres estiment qu’il ne peut pas travailler à la fois pour Beşiktaş et pour l’équipe nationale. En réalité, ce qu’ils n’osent pas dire et encore moins justifier, c’est qu’ils ne veulent pas de Güneş à la tête de l’équipe.

Faire de Şenol Güneş l’entraîneur de l’équipe nationale est une bonne décision, car le football turc a besoin d’un changement radical. Nous ne savons pas si ce changement commencera par l’équipe nationale où des actions décisives pour l’évolution du football turc pourraient voir le jour grâce à un entraîneur turc, en l’occurrence Şenol Güneş. Il suffit d’attendre.

Enfin, il faut souligner que Güneş, qui entretient de bonnes relations avec les joueurs et accorde une grande importance au jeu en équipe, aime le football d’attaque et a contribué au succès de nombreux joueurs. Rappelons que dans le passé il fut sélectionneur de l’équipe nationale pendant 50 matchs qui ont engendré 23 victoires, 13 matchs nuls et 14 défaites.

À mon avis, c’est un très bon choix.

Hüseyin Latif, Directeur de publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *