Découverte, Gastronomie

Si Richelieu était encore en vie, il irait certainement au Cosi…

Au détour d’une flânerie, au cœur du Quartier Latin, entre le Panthéon et le jardin du Luxembourg, l’on découvre Le Cosi. Jouxtant la Sorbonne, ce restaurant, situé au 9 rue Cujas, est une ambassade de la Corse.
Tout commence il y a onze ans, Olivier Andréani, le patron du restaurant, tombe amoureux de l’atmosphère qui règne dans ce quartier singulier. Originaire de la Balagne, au Nord-Ouest de la Corse, il avoue avoir hésité pendant quelques semaines sur le nom du restaurant. Ce n’est qu’après avoir entendu nombre de clients s’exclamer : “Ah, c’est bien cosy chez vous !” qu’il eut l’inspiration. Il opéra juste une variation syntaxique, lui permettant à la fois de ne pas tomber dans des anglicismes primaires et d’affirmer l’identité du restaurant ainsi que les origines des plats servis, le nom était enfin trouvé.

Une fois le rideau franchi, vous arrivez dans un lieu confiné où l’on se sent en famille. De surprenants amuse-bouches tels qu’un velouté de petits pois ou un tartare d’espadon dans des verrines accompagnés d’un apéritif Muscat du Cap Corse viendront éveiller vos papilles, le temps pour Sylvain Albertini d’expliquer la carte. Détail qui s’avère être primordial lorsque l’on n’est pas familier avec les plats Corses. On apprendra que le Sturzapretti — fromage frais de brebis mis en boule avec à l’intérieur de la menthe sauvage mixée gratinée avec de la tome Corse, le tout avec un jus de veau — est un plat assez costaud qui signifie littéralement “étouffe prêtre”. Il y a également le Stufatu, un sauté de veau aux olives, qui est un plat traditionnel. Mon choix se porte aussitôt sur de l’agneau. En effet, il est difficile de trouver des établissements qui proposent ce genre de spécialité. On nous avertit à propos de l’épaule d’agneau confite, accompagnée de pommes de terre fondantes et petits légumes, qu’il s’agit d’un plat pour deux personnes. Une fois la commande passée, le patron vient saluer les convives.
A ma gauche trône une bibliothèque avec deux livres mis en évidence “Les villages Corses”, pour faire découvrir ses paysages pittoresques à travers les villes, plages, îles ou montagnes. Puis un autre au dessus, de couleur blonde ayant pour titre “Playboy”, certainement pour attester que les femmes sur cette île doivent être de toute beauté !
La proximité des tables, l’ambiance musicale jazzy ainsi qu’un volume sonore de la salle relativement calme invite à la convivialité. On regarde les spécialités servies à la table voisine et la conversation commence naturellement. Pendant ce temps, Sylvain Albertini, prépare puis sert minutieusement les plats élaborés par le chef Frédéric Watellier. Ce dernier nous explique que tous les produits, herbes et charcuteries proviennent de Corse. De surcroît, il s’attache à renouveler la carte tous les deux mois et cuisine, dès qu’il peut, des plats de sanglier.
Pour le dessert, mon coup de cœur se portera sur le Tiramisu au Canistrelli trempé dans la verveine. Il s’agit du fameux dessert revisité à la Corse avec un biscuit sec et croquant qui remplace l’insipide boudoir conventionnel. Enfin, l’exquis dessert se voit couronné d’un verre de liqueur de myrte. L’on ressort de bonne humeur, grâce aux belles rencontres et aux délicieux mets, puis l’on se dit que cet été il faut absolument partir découvrir la Corse, ses îles paradisiaques et surtout profiter de l’eau turquoise et chaude. Au sortir du restaurant, à la vue de la fascinante Chapelle en Sorbonne, l’on se dit aussi que si Richelieu était encore en vie, il irait certainement au Cosi…

Mon amie Justine, grande habituée du restaurant, n’était pas du tout enchantée à l’idée que j’écrive sur Le Cosi : “Il ne faut pas révéler cette bonne table, après tout le monde va y aller !”. Elle ne fait pas si bien dire… Le soir, après s’être nourris intellectuellement, les académiciens quittent leur Chaire pour aller y faire bonne chère. C’est pour cela qu’il est fortement conseillé de réserver, au risque d’attendre ou de ne pas pouvoir vous régaler !

Le Cosi
9 rue Cujas
75005 Paris
Tel. 01 43 29 20 20
http://www.le-cosi.com/

Daniel Latif 
Photo : Jeanne-Peri Foucault

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *