Art, Culture

Soul of the mysterious cities : un voyage envoûtant

Jouant de textures et de formes où le détail ne s’invite que lorsqu’il est essentiel, c’est à coup de pinceau et de couteau qu’Evren Karayel Gökkaya nous délivre des vues splendides et oniriques du bassin méditerranéen. Direction donc la galerie ArtHouse d’Arnavutköy où expose actuellement cette artiste de talent, doctorante de l’université des beaux-arts Mimar Sinan.

5

Découvrant un cadre élégant et accueillant, nous nous engageons dans l’escalier en colimaçon appareillé de tableaux impressionnistes de petit format donnant le « La » des œuvres exposées à l’étage. Nous entrons. Les convives sont massés autour d’une femme au sourire timide, à la fois pondérée et flamboyante. Pas de doute, c’est elle, à l’image de ces paysages qui ne s’encombrent ni de fioritures ni d’extravagances, se suffisant à eux même pour irradier. Car oui, ici, il est question d’ambiance, d’impression, de sensation, d’une collection au titre tout indiqué tant elle se veut davantage substantifique que formelle.

4

Sur chacun des tableaux, couleurs douces et chatoyantes se juxtaposent pour offrir à notre regard un spectacle des plus paisibles, à l’image d’une Evren Karayel emplie 2de sérénité et de douceur et qui nous explique, en toute humilité, ses œuvres et son inspiration. Elle remonte le fil de son parcours, évoquant avec nous ses travaux antérieurs, les lieux dans lesquels elle s’est immergée. Car elle n’en est pas à son coup d’essai, de nombreuses expositions ont précédés celle-ci, ici même, à la galerie ArtHouse, mais aussi dans la capitale azerbaïdjanaise Bakou ou encore à Constanta en Roumanie.

Une vie riche de voyages et de contemplations qu’elle ne manque pas de nous délivrer au travers de réalisations épurées, soufflées principalement par des vents stambouliotes et italiens. On y retrouve notamment Urbino, une ville 3où elle a fait escale il y a quelques années le temps d’un séjour Erasmus : détour incontournable pour tout artiste qui se respecte tant l’Italie à vu naître d’artistes de génie, de mouvements et de styles éblouissants. Et c’est peut-être bien l’hétérogénéité de ses inspirations qui lui ont permis de se classer parmi les finalistes du Sovereign European Art Prize en 2011.

De toute évidence, un talent qui ne laisse pas indifférent et qui nous incite à élargir nos champs d’observation au-delà de nos préoccupations quotidiennes, à contempler simplement la beauté de notre environnement. Autour de nous, dans cette galerie, une déferlante de calmes horizons qui nous inviteraient presque à la méditation.

Chapeau bas l’artiste !

Emelyne Messé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *