Sport

Süper Lig : Quaresma, reviens-moi

Quaresma, ailier international portugais, est de retour sur la rive européenne du Bosphore, à la recherche de ses exploits passés.

quaresma_2

Retour vers le passé.

La Turquie est décidemment l’un des principaux agitateurs de ce mercato estival version 2015. Après Galatasaray avec Lukas Podolski, Antalyaspor avec Samuel Eto’o ou encore Fenerbahçe et sa campagne de recrutement cinq étoiles, Beşiktaş, se devait lui aussi de sortir sa « nouvelle » attraction. C’est chose faite depuis aujourd’hui et le recrutement d’un ex de la maison : l’ailier portugais Ricardo Quaresma. Les détails de la transaction n’ont pas encore été révélés concernant l’international portugais, qui vient grossir les rangs de la colonie sur les rives du Bosphore après Raul Meireles, Bruno Alves et le petit dernier, Nani.

Beşiktaş a décidé de faire du neuf avec du vieux concernant ce transfert, puisque Quaresma avait déjà porté les couleurs de l’aigle noir entre 2010 et décembre 2012. La romance, qui avait pourtant bien commencé avec une première saison facturée à 11 buts, s’était ensuite achevée en eau de boudin. Le fantasque ailier avait finit par résilier son contrat après une terne campagne à cause d’un différend salarial et une relation exécrable avec son entraîneur d’alors, Carlos Carvahlal. Pour couronner le tout, il était parti avec une image particulièrement écornée après qu’un scandale le mette en scène en train d’uriner dans le local des joueurs du club et sur un responsable de l’équipement, avant d’exhiber ses parties intimes à une employée.

Le revoilà donc deux ans plus tard. Le jeune trentenaire a voyagé entre temps, allant remplir son compte en banque au Al Ahli Dubaï, club avec lequel il remporte la prestigieuse coupe (au moins grandes oreilles?) des Emirats arabes unis.

quaresma_dubai

Petit détour par la case pognon.

Mais Quaresma aime décidément remettre le couvert avec ses ex. A peine six mois après son arrivée aux Emirats, le revoilà, de retour sur la terre de ses exploits, à Porto. Là bas, le feu de la passion se ravive très vite. Il ne lui suffit que d’un match pour marquer son premier but. S’en suivit un an et demi de Quaresma dans toute sa splendeur : de fantastiques gestes techniques dont sa spéciale, la trivela, quelques performances références comme celle, grandiose, face à l’ogre bavarois du Bayern Munich. Mais aussi de nombreux matchs où l’ailier disparaît des écran-radars, et bien sûr quelques sautes d’humeur.

quaresma_porto

Quaresma sous les couleurs du FC Porto et en pleine exécution de son geste fétiche : la trivela.

C’est donc ce talent trop souvent gâché, au pedigree impressionnant (Barcelone, Chelsea, Inter, Atletico) que Beşiktaş vient de recruter pour la seconde fois. Après l’arrivée de l’éphémère international allemand Andreas Beck il y a une vingtaine de jour, celle de Quaresma ne réussit pour autant pas vraiment à faire oublier l’immense vide laissé par le départ d’un homme : Demba Ba, l’attaquant vedette de la saison dernière. Le Marco Polo franco-sénégalais parti conquérir l’Empire du milieu pour quelque 7 millions d’euros annuels. Une perte d’autant plus douloureuse qu’au même moment, le rival Fenerbahçe accueillait en grandes pompes le clone de Quaresma en plus jeune, Nani, ainsi que la nouvelle star de la Süper Lig, Robin van Persie.

La lutte entre les trois clubs stambouliotes s’annonce donc acharnée, et les noirs et blancs devront plus que jamais s’appuyer sur le soutien de leurs fervents supporters, et les exploits de son fantasque ailier retrouvé.

Pierre Debly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *