International

Toi, moi aussi, nous aurions pu y être !

À la soirée d’inauguration du 19 décembre à laquelle participait l’Ambassadeur de Russie, j’aurais pu y être. Et toi aussi tu aurais pu y être.cenaze-karlovL’Ambassadeur de Russie, Andrey Karlov, a été lâchement assassiné, frappé dans le dos, alors qu’il prononçait son discours.

Si on laisse de côté la tension, le conflit entre les deux pays ; le plus important, c’est qu’il s’agissait d’une attaque lâche qui aurait pu engendrer une guerre mondiale.

Souvenons-nous de nos livres d’Histoire du collège et du lycée : en 1914, l’assassinat de l’Archiduc Franz Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois, par un nationaliste serbe de 19 ans, Gavrilo Princip, à Sarajevo a entraîné la Première Guerre mondiale.tragedy

* * *

Cette traitrise, cette félonie, était une attaque envers la Russie, envers la Turquie, et envers la paix mondiale. Les autorités et le gouvernement des deux pays, tant le Président de la République Turque, Recep Tayyip Erdoğan, que son homologue russe, Vladimir Poutine, ont abordé l’événement avec sang froid, d’une manière digne d’hommes d’État.

Qui donc espérait tirer profit de cet attentat ?

Cet attentat fut la plus importante attaque menée récemment en Turquie (avant et après la tentative de coup d’État) susceptible d’avoir un impact sur le plan international.

À vrai dire, si l’on considère le nombre de victimes et que l’on exclut la mort du terroriste, il n’y en eut qu’une seule. Mais cette victime était un Ambassadeur, et de surcroît, l’Ambassadeur d’un pays qui joue un rôle très important dans la région et dans le monde…

Au point que le journal Le Monde a consacré à ce sujet la totalité de la colonne droite de sa une. Bien, et qu’y avait-il donc dans les quatre colonnes de gauche ? L’attentat de Berlin…

le-monde

* * *

Curieuse coïncidence !

Un jour après l’attentat à la bombe qui a eu lieu lors de la soirée du 10 décembre, à la fin du match Beşiktaş-Bursaspor, près du stade de Vodafone-Arena à Dolmabahçe, une bombe a explosé en Égypte, dans la cathédrale copte Saint-Marc.

Alors, avec une bombe, l’impact d’une autre s’en trouve-t-il réduit auprès de l’opinion publique internationale ? Les gens sont-ils amenés à s’accoutumer à ce type d’explosions, à la mort de centaines d’innocents ?

Ce crime, ce n’était rien d’autre que l’assassinat, par un ignorant embrigadé, d’un diplomate, un homme cultivé, éduqué et intelligent.

Au cours de ces deux dernières années, la Turquie et le monde ont été confrontés à un terrorisme international impitoyable et pluri-orienté. Les récents événements d’Istanbul, du Caire, d’Ankara et de Berlin renforcent d’ailleurs notre thèse.

L’Occident, attaché à protéger ses propres valeurs qu’il a forgées des siècles durant, ne peut rester neutre face aux attaques portées contre des innocents dans d’autres pays du monde.

En définitive, le terrorisme, peu importe son origine et les prétextes utilisés pour le justifier, doit être considéré comme un crime contre l’humanité.

Cette arme donnée ou prise, cet explosif caché dans une voiture, peuvent un jour venir vous frapper, vous aussi !

Dès lors, il convient de mettre en œuvre un droit international de la guerre – qui d’ailleurs existe déjà – qui soit immédiatement applicable afin de protéger la vie d’innocents. Sinon, l’économie internationale, déjà ébranlée, se dégradera davantage, et la vie deviendra un processus implacable, insupportable pour la population, où l’on s’efforcera à chaque instant d’être épargné.

Dr. Hüseyin Latif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *