Politique

Turquie: Binali Yildirim devient le nouveau Premier ministre

Sans grande surprise, le ministre turc des Transports Binali Yildirim, fidèle et proche du président Erdogan, a été désigné candidat unique à la succession d’Ahmet Davutoglu, Premier ministre sortant.

timthumb

La décision a été annoncée par le porte-parole du parti islamo-conservateur à l’issue d’une réunion de son comité exécutif. Ce dimanche 22 mai, Binali Yildirim sera officiellement élu à la tête de l’AKP lors d’un congrès extraordinaire. Il devra rapidement former un nouveau gouvernement.

Yildirim, l’architecte des grands travaux

Binali Yildirim est connu pour avoir lancé de multiples projets destinés à développer le pays et en améliorer l’image publique. Les autoroutes, le troisième aéroport d’Istanbul, le troisième pont d’Istanbul, le tunnel Eurasia sous le Bosphore, la voie ferrée Marmaray reliant les deux rives du Bosphore, le train à grande vitesse… Tout ces dossiers ont été portés par cet homme, ingénieur maritime de profession. Au sein du gouvernement mais aussi de l’opinion publique turque, il est connu pour ses compétences et initiatives.

Un choix évident

Le Président turc a toujours souhaité un Premier ministre au profil bas, qui respecterait son autorité et son aura. Il se trouve que Yildirim n’est pas éloquent. Ses compétences ne sont plus à démontrer, cependant il ne bénéficie pas d’un capital sympathie aussi conséquent que son prédécesseur à la fonction, Ahmet Davutoglu. Qui plus est, la presse turque le connaît également pour sa proximité et fidélité au chef de l’Etat. Ce choix n’est donc pas surprenant.

Une nouvelle ère ?

Il est par ailleurs intéressant de constater la mise à l’écart et le retrait du gouvernement, des proches d’Ahmet Davutoglu. Le nouveau Premier ministre devrait écarter de son gouvernement Lütfi Elvan, l’ancien vice-Premier ministre. Mehmet Simsek, qui dirigeait l’économie et les finances du pays en tandem avec Ali Babacan depuis une décennie, devraient également se retirer. L’heure est donc au départ, et il conviendra d’étudier la composition du nouveau gouvernement afin d’en voir l’orientation.

Hamdi Arslan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *